Kudos #2 My EuroMusic Contest favourites

A few weeks ago appeared on the Internet a new European music contest, a 2.0 version of the Eurovision. A contest for emerging European artists, an occasion for them to shine and for the public to discover new talents. Because the website is easy-to-use and the interaction between the artists from 40 countries made possible, the EuroMusic Contest is since its launch becoming a hit. Contrary to the Eurovision -if you’re familiar with it- registration is free and open to anyone at the sole condition to have two original tracks to propose. And if sometimes some countries don’t participate in the Eurovision because it has become costly, here the 40 participating countries have at least one artist to represent them. Adapted to today’s technologies the principle of the EuroMusic Contest relies on the artists’ self-promotion and the votes of their fans.  And as a proper music lover (well you know, I have my moments…), I wanted to share with you my latest music discoveries (countries by alphabetical order).

.

#1  AUSTRIA – Tom Joyce

Not much to say about Tom Joyce‘s piano compositions really, except it’s incredibly sensitive, evocative and moving. Joyce captures emotions in a fascinating way and delivers pieces that already sound like a film original soundtrack. And I like the fact he distinguishes himself in this competition by not singing but simply offering his recently completed album ‘Aberg Piano Works’.

 

#2  BELGIUM – MHD

Rock-Electro band known mostly by Belgium and French festivals fans, MHD has an offbeat universe, punchy and energetic. They have developed their own style, mixing with a certain humour electro bits and the blackness and sometimes melancholy of rock. Young, talented and effective.

.

#3   BELARUS – Андрей Сенькевич

Andrei Senkevich is a young and talented Belarussian musician. His pop is light, open and shows the influence of Eastern Europe post-fusion and rock pop culture. Aerial and expressing the sense of sorrow, his pieces aren’t that complex but ring true.

.

#4  DENMARK – The Divers

A new Danish alternative pop trio. A dreamy art-pop with synthesizers, heavy drums and catchy melodies. Songs about sex, longing and love that remind me a bit of some of the Kavinsky and College and Electric Youth pieces. And The Divers also seem to be real live performers. If you fancy seeing them, they have just been confirmed at Roskilde Festival 2014.

 

#5  ESTONIA – Taavi Peterson & Üdi

Drawininspiration from Anglo-Saxon pop rock and folk tradition, Taavi Peterson & Üdi are one of the biggest discoveries the EuroMusic Contest offers. Singer Taavi Peterson got his first taste of fame in 2007 from the first series of the Estonian version of Pop Idol, coming third. Later in 2008 Taavi Peterson & Üdi (“marrow”) was formed. Their plan? Keeping their “hearts in the 60s, but minds in the present day”. So far so good.

 

#6  FRANCE – Black Lilys

Black Lilys is a duo composed of two siblings offering a fresh, airy universe. Camy, soon inspired by the 90s nu-soul figures as Lauryn Hillare, started accompanying her torn voice with a guitar before she was joined by her brother Roby, mostly inspired by folk universes as Bon Iver’s or garage-rock à la The Kills. The result of this mix of influences? Bloody good.

Capture d’écran 2014-04-18 à 11.43.34

.

#7  ICELAND – Klassart

Another siblings duo (must convince one of my brothers to perform a duet sometimes)! Klassart was formed in 2006 by Smari Gudmundsson and Frida Dis Gudmundsdottir. The same year they won the Ras 2 (Icelandic Radio Channel 2) blues song competition. As you can imagine, Klassart have indeed blues inspirations, tainted with the warm voice of Frida and light jazzy-like instrumentation. They released their debut album ‘Bottle of Blues’ in 2007, which received a well-deserved critical acclaim

.

#8 ITALY – Sinner

At first glance, you might think Sinner is the spiritual son of Prince and Freddy Mercury. Indeed, this Italian artist dares to propose something different, and offers a inspired pop-art/disco music, lively and torn by turns, avoiding all the clichés. And it seems to work since Sinner is one of the most popular artists of this competition, with a bit more than 1200 votes recorded in less than a week.

.

#9  NORWAY – Daughter of a King

This young lady reminds me of Regina Spektor (and from me this is a huge compliment). Daughter of a King‘s light voice accompanied by a guitar or a piano lets you guess a terrific personality and a robust sense of humour. Her music is a real treat, a definite feel-good vibe, delicate and incandescent.

 

#10  POLAND – Plug&Play

Again another huge discovery that I’d never have heard of if it wasn’t for the EuroMusic Contest… And yet Plug&Play is a Lublin-based band who has been playing alternative music since 2006! They are considered the pioneers of Lublin indierock scene, taking part in the biggest Polish alternative music festivals. Hopefully this contest will be the occasion for them to reach the larger audience they deserve.

.

#11 UNITED KINDGOM – Glass Ankle

One can’t talk about music without naming at least one UK artist. Music trendsettings are in many ways part of British DNA. Glass Ankle is an inventive Indie-Folk/Dream Pop band from Manchester. Championed by music blog Drowned in Sound as ones to watch, their dream-pop is really enjoyable, hanging in the air with delicateness, minimalism and charm.

.

+++ BONUS

BELARUS – Station 86

.

ICELAND – Leaves

.
SWITZERLAND – Pablopolar

 

Advertisements

Kudos #1- short films

Long time no seen! I’ve been such a bad blogger over the past few months (yes, months… ahem). To be fair I’ve been quite busy with a massive music contest project we’re coordinating with the MyBandMarket and Div’Up teams. Anyhow today I really, really wanted to share the latest short films I discovered and absolutely loved.

Hum… ça fait un long moment que je ne suis pas venue par ici (mauvaise blogueuse culture je suis). Pour tout vous dire j’ai été pas mal occupée par le lancement d’un gros projet musical que nous coordonnons avec MyBandMarket et Div’Up. Mais aujourd’hui j’avais très très envie de partager avec vous les derniers court-métrages que j’ai découvert… et adoré.

The Last thing on my mind – Tom Paxton 

.

#1 CASTELLO CAVALCANTI (USA-2013) directed by Wes Anderson

That’s not news, I love Wes Anderson’s work for quite a long time. So when I heard about his new short film produced by Prada & The Directors Bureau in association with Hi! Production, I almost fainted. This short film presents all the features of Anderson’s work, from the lateral pans and travelings to the irresistible absurd humour. Where and when? Italy, 1950’s. The story? Jason Schwartzman is a racing driver… who crashes his car into a statue of Jesus on a little square.

Je suis une inconditionnelle de l’oeuvre de Wes Anderson depuis plusieurs années déjà. Alors imaginez la frénésie qui a été la mienne en découvrant ce tout nouveau court-métrage signé par le plus in des réalisateurs indépendants, produit par Prada & The Directors Bureau en association avec Hi! Production ! Ce court-métrage réunit toutes les caractéristiques du style d’Anderson, des panoramiques aux travellings latéraux sans oublier ce sempiternel humour absurde et décalé qui m’a une fois de plus ravie. Imaginez… L’Italie des années 1950. Jason Schwartzman est un pilote automobile… dont la voiture s’écrase contre une statue représentant Jésus Christ, les bras ouverts sur une petite place paisible.

.

#2 EL AMELL (FRANCE-2013) directed by Julien Rhouma

A grandfather, a father and a son. June 2013, Tunisia. The father, who happens to be a young film director, films a football match that the kids of the village are improvising. This short film is a little treat in a society than can be so pessimist, a flame of hope. Rhouma captured a beautiful, spontaneous moment, colored by the barren land of Magreb. It’s like Olive & Tom, but better. To watch this private link, enter the password ‘Téo’.

Un grand-père, un père et un fils. Juin 2013, en Tunisie. Le père, réalisateur, filme un match de football improvisé par les enfants du village. L’espoir, omniprésent, éclaire et guide. Rhouma capture un moment magnifique et spontané, qui prend les couleurs chaudes du Magreb. C’est comme Olive et Tom, mais en beaucoup mieux. Pour voir ce film, dont le lien est pour l’instant privé, entrer le mot de passe ‘Téo’.

.

#3 GLAZ (RUSSIA – 2013) directed by Maxim Tomash

This short film narrates the story of Russian photographer Vladimir Kurashov whose left eye was seriously injured in a street fight in 2003. He has never recovered a normal vision afterwards and focused on photography to distract himself from the trauma. His photographs capture winter, the Russian winter that lasts six months, composed of black and white and melancholy. The bottom line: “Cherish what you see, how you see it, and with what you see it”. Inspiring.

Ce court-métrage raconte l’histoire du photographe russe Vladimir Kurashov dont l’oeil gauche a été gravement atteint pendant une bagarre de rue en 2003. Il n’a jamais depuis recouvré une vue normale et se concentre sur la photographie pour se distraire du traumatisme passé. Ses photographies capturent l’hiver, ce long hiver russe qui dure six mois, composé de noir et blanc et de mélancolie. La morale : “Chérissez ce que vous voyez, la manière dont vous le voyez, et ce avec quoi vous le voyez”. Inspirant.

.

#4 iDiots (USA-2013) produced by Big Lazy Robot VFX

Since I watched Blade Runner for the first time, I’ve always had a special feeling for robots (nobody’s perfect). And this short film is just another example of how cute robots can be… even when they serve to criticize Apple, demonstrating that our happiness is based on things we don’t need and governed by entities we don’t control. Absolutely brilliant!

Depuis que j’ai vu Blade Runner pour la première fois, j’ai ce petit faible pour les robots (tous les robots, pas seulement les humanoïdes… oui, personne n’est parfait). Et ce court-métrage est un nouvel exemple de l’incroyable capacité des robots à être très très très mignons… même quand ils servent la critique décalée d’Apple, démontrant que notre bonheur dépend de choses dont nous n’avons pas besoin gérées par des entités que nous ne contrôlons pas. Absolument génial !

.

#5 LOOK (FRANCE-2013) directed by Thomas Blanchard and Etienne Perrin

This video is actually the last videoclip of the indie pop duo Destronics and not a proper short film. But its aesthetic, result of the integration of 3D and motion design elements, is so poetic, so unique, that I had to share it anyway. The two young protagonists, inspired by The Little Prince (Saint Exupéry) and transposed to the digital world, are playing in a lunar decor, between the desert and the land of tears. Two true spiritual lovers who know that “the most beautiful things in the world cannot be seen or touched, they are felt with the heart”. A must seen!

Cette vidéo est le dernier clip du groupe indie pop Destronics et pas un court-métrage à proprement parler. Mais son esthétique, résultat d’un long montage et de l’intégration d’éléments 3D et de motion design, est si poétique, si singulière, que j’ai voulu le partager tout de même. Les deux jeunes protagonistes, inspirés de l’univers du Petit Prince (Saint Exupéry) et transposés dans un monde digital, évoluent dans un décor lunaire, entre le désert et le pays des larmes. Tels deux spiritual lovers qui savent qu’on “ne voit bien qu’avec le coeur”, l’essentiel étant invisible pour les yeux. A voir (avec le coeur)!

.

.

#6 LUNAR  (USA-2013) directed by Tyson Wade Johnston

Los Angeles City, 2057. After an outlaw stole a bread to feed his family, he is captured and sentenced to a lifetime of imprisonment on the secret and obscure LUNAR penitentiaries. To reunite with his wife and son, he must escape the corrupt system and return to Earth. Amazingly produced and directed this short film is an example for anyone who’d like to capture the essence of science-fiction genre in just few minutes.

Los Angeles, 2057. Après avoir volé un pain pour nourrir sa famille, un marginal est fait prisonnier et est condamné à la prison à vie dans le secret et obscur pénitencier LUNAR. Pour retrouver sa femme et son fils, il doit s’échapper du système et retourner sur Terre. Incroyablement produit et réalisé, ce court-métrage est un exemple pour quiconque souhaite capter l’essence de la SF en seulement quelques minutes.

.

#7  NEXT FLOOR (FRANCE-2013) directed by Denis Villeneuve

Eleven people are invited to enjoy an opulent and luxurious banquet. They never stop eating, continuously served all over again by quite considerate servants. What turns out to be a gastronomic carnage evolves in an absurd and grotesque universe, where food is the only thing that matters, overcoming human interactions, dialogues or the laws of gravity (spoiler alert!).

Onze personnes sont conviées à un opulent et luxurieux banquet. Et mangent sans interruption, servis en continu par des domestiques attentionnés. Ce qui apparaît bientôt comme un carnage gastronomique continue dans un univers absurde et grotesque, où la nourriture devient la seule chose importante, outrepassant les interactions humaines, les dialogues… ou les lois de la gravité les plus élémentaires (spoilers !).

.

#8 RECORD/PLAY (USA-2013) directed by Jesse Atlas

One of the most simple and “vintage” objet coming back directly from the 80s. A simple objet, an audio tape. Or, to be exact, hundreds of audio tapes, marks of the past, prints of war, fate brought back to the present via a broken walkman. A new cinematographic way to transcend space and time in this sci-fi love story, served by brilliant actors. Efficient, original and moving.

Un des objets les plus simples, les plus communs, les plus vintage, sorti tout droit des années 1980. Un objet simple et familier : une cassette audio. Ou, pour être exacte, des centaines de cassettes audio, marques du passé, empreintes de la guerre, du destin ramenés au présent par le biais d’un baladeur cassé. Une nouvelle forme de narration pour transcender le temps et l’espace pour une histoire d’amour fantastique, portée par d’excellents acteurs. Efficace, original et émouvant.

.

.

#9 SOUTHPAW (USA-2013) directed by Bryan Schlam

2minutes. 2 little minutes from a boxer point of view. The way he prepares himself to combat, the way he takes the hits. 2 minutes at his rate, following his steps, his moves, his emotions, his voice. Absolutely gorgeous short film shot in the Bronx, almost in a documentary style.

2 minutes. 2 petites minutes dans la tête d’un boxeur. La manière dont il se prépare au combat, dont il prend les coups. 2 minutes à son rythme, où l’on suit ses pas, ses mouvements rapides, ses émotions, sa voix. Très beau court-métrage tourné dans le Bronx dans un style quasi-documentaire. 

.

#10 SUSPEND BELIEF (UK-2013) directed by Danny Sangra 

An American actor comes to London to play the role of French singer Serge Gainsbourg. His French accent is terrible, so he tries really hard to improve it, interacting with a waitress, strangers, make-up artists before the casting… Really good idea, original and charming.

Un acteur américain arrive à Londres pour incarner Serge Gainsbourg. Son accent français est très mauvais, alors il tente par tous les moyens de l’améliorer, interagissant avec la serveuse, des étrangers, des maquilleurs avant le casting… Une très bonne idée pour un rendu original et plein de charme.

Bridget Jones – a generational stereotype

affiche_Journal_de_Bridget_Jones_2001_5Bridget Jones… Everyone knows this fabulous character by now. She’s funny, lost, and in an unusual way represents all of us (modern women I mean). That is the angle Morgane and I chose for this research. We tried to explain the circulation and reception of this modern and generational stereotype, the reasons why the chronicles published in The Daily Telegraph in 1997-1998 became that famous, and how Helen Fielding, its creator, managed to control all its adaptations. This research has been written in French but I would be happy to translate it into English if anyone of you were interested in reading it.

Authors: Morgane Bigault,Romy Roynard ©2012

                                                                  Languages: French

.

couv27697177Bridget Jones… Tout le monde connaît maintenant ce fabuleux personnage. Fabuleux parce que drôle, à la fois un peu perdu et un peu nous (par nous j’entends les femmes modernes). C’est en tout cas l’angle que Morgane et moi avons choisi lorsque nous avons écrit cette recherche. Nous avons tenté de donner à voir et d’expliquer la circulation et réception de ce stéréotype générationnel, les raisons pour lesquelles les chroniques publiées en 1997-1998 connurent un tel succès, et comment sa créatrice Helen Fielding en avait maîtrisé toutes les adaptations. 

Auteurs : Morgane Bigault et Romy Roynard ©2012

                                                                  Langue : Français

<div style=”margin-bottom:5px”> <strong> <a title=”Bridget jones temps, circulation et réception d’un stéréotype générationnel ” target=”_blank”>Bridget jones temps, circulation et réception d’un stéréotype générationnel </a> </strong> from <strong><a 

10 Pop artists, popular and mass culture

Art movement that emerged in the mid-1950s in Great-Britain and in the late 1950s in North America, Pop art presented a challenge to traditional art. Images from popular and mass culture (advertising, comic books, newspapers…) were removed from their original context, isolated and combined with unrelated material. The Pop art is maybe more about the attitudes that led to it then the art itself, aimed to oppose to elitist culture in art and to emphasize the banal or kitschy elements of everyday life through the use of irony. If you are an absolute fan of this movement or if you always wanted to know but were too afraid to ask who actually was Andy Warhol, this list is for you.

Mouvement artistique qui émerge au milieu des années 1950 en Grande-Bretagne puis à la fin de la décennie aux Etats-Unis, le Pop Art défie les règles de l’art traditionnel. Des images isolées de leurs contextes originaux sont combinées à des matériaux divers et deviennent des objets de revendications. Si le Pop Art est plus directement lié à une démarche artistique qu’à une forme d’art à proprement parler, il peut néanmoins être défini comme l’opposition à une culture de l’art élitiste, le détournement ironique d’éléments banals et kitschs de la vie quotidienne et de la société de consommation. Si vous êtes un fan absolu de ce mouvement, ou si vous vous êtes toujours demandé ce qu’avait bien pu faire Andy Warhol pour être si connu sans jamais avoir osé le demander, cette liste est pour vous.

♫  Phoenix – Trying to be cool ♫

..

Hamilton#1  Richard Hamilton (1922-2011)

Richard Hamilton was a British painter and collage artist whose works are considered to be among the earliest works of Pop art. During World War II, Hamilton served as a technical draftsman. Then he enrolled at the Royal Academy School and the Slade School of Art University College in London while he began exhibiting his work at the Institute of Contemporary Arts (ICA). Introduced in 1952 to Eduardo Paolozzi’s collages, Marcel Duchamp’s Green Box notes and James Joyce’s work, he started creating, influenced by these artists and the Dada movement. In 1955 he presented his first exhibition Man Machine Motion at the Hatton Gallery in Newcastle, designed to look like an advertising display rather than a conventional art exhibition. The following year, in 1956, Hamilton contributed to the This Is Tomorrow exhibition in London by creating Just what is it that makes today’s homes so different, so appealing? (picture). Depicting a muscle-man (pretty sure I could find a better description ; it’s quite understandable though) and a naked woman surrounded by emblems of the 1950s affluence, this collage is acknowledged as one of the first pieces of Pop Art that laid the ground for the whole international movement. In 1957 Hamilton defined Pop Art as “popular, transient, expendable, low-cost, mass-produced, young, witty, sexy, gimmicky, glamorous and Big Business”, representing everyday and commonplace values. He thus created collages incorporating advertisements from mass-circulation newspapers, diverting objects with a delightful irony.

Richard Hamilton est un peintre et graphiste britannique dont l’oeuvre est considérée comme l’avant-garde du Pop art. Pendant la Seconde Guerre mondiale, Hamilton sert dans l’armée en tant que dessinateur industriel. Après le conflit il étudie à la Royal Academy School et à la Slade School of Art University College à Londres alors que ses premières oeuvres sont exposées à l’Institut des Arts contemporains (ICA). En 1952 il découvre les collages d’Eduardo Paolozzi, les notes de Marcel Duchamp et les oeuvres de James Joyce. Influencé par ces artistes et par le mouvement artistique Dada, Hamilton commence à créer, stigmatisant les mass médias et les objets de la société de consommation d’après-guerre. En 1955 il présente sa première exposition, Man Machine Motion, à la Hatton Gallery à Newcastle, pensée pour ressembler davantage à une présentation publicitaire qu’à une exposition d’art traditionnelle. L’année suivante en 1956 Hamilton participe à l’exposition This is Tomorrow à Londres pour laquelle il compose Just what is it that makes today’s homes so different, so appealing ? (photo). Représentant un monsieur-muscles (je plancherai sur une meilleure description – à défaut d’être subtile elle est assez explicite) et une femme nue entourés des objets-emblèmes de l’affluence consumériste des années 1950, ce collage est désormais connu comme l’une des toutes premières oeuvres du Pop Art, qui inspira le mouvement artistique international. En 1957 Hamilton définit le Pop Art comme étant un art “populaire, éphémère, superflu, peu coûteux, produit en masse, jeune, spirituel, sexy, fantaisiste, glamour et source de revenus intéressants”, détournant les valeurs quotidiennes et communes. Par la suite il crée de nombreux collages à partir de publicités papier, de journaux à grands tirages et d’objets de divertissement, avec humour et une délicieuse ironie.

.

lichtenstein1#2  Roy Lichtenstein  (1923-1997)

Roy Lichtenstein was an American artist born in New York city in 1923. Along with Andy Warhol, Jasper Johns and James Rosenquist, he became a leading figure of the Pop Art movement. Influenced by both popular advertising and the comic book style, Lichtenstein favored quite soon the comic strip as his main inspiration and used to describe Pop Art as “industrial painting”. After interrupting his studies to serve in the U.S. army during and after WWII between 1943 and 1946, Lichtenstein entered the graduate program at Ohio State. He then was hired as an art instructor, a post he held on and off for the next ten years. In 1951 he had his first solo exhibition, heavily influenced by Allan Kaprow, at the Carlebach Gallery in New York. From 1961 to 1965 he created his first pop paintings using cartoon images and techniques derived from the appearance of commercial printing suggesting consumerism and homemaking. His early Pop Art works find fame not just in America but worldwide. His best known works, such as Drowning Girl (1963), inspired by the lead story in DC Comics’ Secret Hearts #83, was exposed in 1964 at the Tate Gallery in London -Lichtenstein was the first American artist to exhibit at the Tate- on the occasion of the show “54-64 : Painting and Sculpture of a Decade”. Rather than an attempt to reproduce subjects, Lichtenstein’s works allowed him to make the way the mass media portrays them ridicule : “The closer my work is to the original, the more threatening and critical the content”. In 1970 the artist was commissioned by the Los Angeles County Museum of Art to conceive and produce a film of marine landscapes related to a series of collages he created between 1964 and 1966. Three Landscapes, made with filmmaker Joel Freedman, turned out to be the artist’s only venture into the medium, though he had planned on producing 15 short films. In the late 1970s, his style evolved alongside the evolution of graphic art and technique, into surrealist-pop paintings such as Pow Wow (1979) based on Native American themes.

Roy Lichtenstein est un artiste états-unien né à New York en 1923, et l’une des figures majeures du mouvement Pop Art. Contemporain d’Andy Warhol, Jasper Johns et James Rosenquist, il s’inspire de la publicité populaire et de l’univers de la bande dessinée, qu’il favorise très tôt. L’esthétique des comics devient sa principale source d’inspiration pour ce qu’il considère être de la “peinture industrielle”. Après avoir interrompu ses études pour servir dans l’armée américaine pendant et après la Seconde Guerre mondiale de 1943 à 1946, Lichtenstein suit le programme universitaire de l’université d’art de l’Etat de l’Ohio. Devenu professeur d’art, un poste qu’il occupe de manière discontinue pendant dix ans, il commence à exposer ses oeuvres fortement influencées par les oeuvres d’Allan Kaprow, à l’occasion de sa première exposition personnelle à la Carlebach Gallery à New York en 1951. De 1961 à 1965 il crée ses premières toiles pop, en détournant des images de dessins animés et d’affiches publicitaires suggérant la consommation de masse et encourageant l’entretien ménager. Ses premières toiles rencontrent un immense succès populaire, non seulement aux Etats-Unis mais aussi dans le monde entier. Ses oeuvres les plus célèbres, comme Drowning Girl (1963) tirée de l’épisode Secret Hearts DC Comic #83, sont exposées à la Tate Gallery à Londres en 1964 -Lichtenstein est ainsi le premier artiste américain exposant au Tate- à l’occasion de l’exposition “54-64 : Peinture et Sculpture d’une décennie” (“54-64 : Painting and Sculpture of a Decade“). Plus qu’une tentative de reproduire des sujets, la sensibilité artistique de Lichtenstein tend à tourner en dérision la manière dont les médias les représentent : “Plus mon oeuvre se rapproche de l’orignal, plus son contenu est critique et lourd de sens”. En 1970 il reçoit une commande du Los Angeles County Museum of Art : concevoir et réaliser un film sur les paysages marins en hommage à une série de collages qu’il a réalisé entre 1964 et 1966. Three Landscapes, co-réalisé par Lichtenstein et le cinéaste Joel Freedman, s’avère être la seule expérience cinématographique du peintre, qui pourtant prévoyait la création de 15 court-métrages. A la fin des années 1970, son style évolue avec les progrès des arts et techniques graphiques vers des peintures surréalistes-pop comme Pow Wow (1979) illustrant des thèmes de la culture autochtone états-unienne.

.

Paolozzi#3  Eduardo Paolozzi  (1924-2005)

Sir Eduardo Luigi Paolozzi was a Scottish sculptor and artist of Italian origin, born in 1924 in north Edinburgh. He was one of the founders of the Independent Group, which is regarded as the precursor to the mid-1950s British Pop Art movement, and a major figure in the international art sphere. Paolozzi first studied in Edinburgh before he moved to London (1944-1947) and then to Paris (1947-1949) where he met French artists Alberto Giacometti, Georges Braque and Fernand Léger. When he moved back to London and established in Chelsea, Paolozzi started to collect hundreds of found objects, models, sculptures, materials, tools, toys and books that he used in his work, particularly his collages. Paolozzi came to public attention in the 1950s by producing a range of screenprints and ‘Art Brut’ sculptures. Although he described his work as surrealist he is recognized for what it’s considered to be the first Pop Art works such as his lifelike statuary works with cubic elements added or removed. Paolozzi’s ambition in the 1950s was to investigate how we can fit into the modern world to resemble a fragmented civilization through imagination and fantasy, mixing both confusion and inspiration. Then during the 1960s he explored and extended the limits of the silkscreen medium. The prints he realized are characterized by Pop culture references and technological imagery (photo). In 1986 Paolozzi was promoted to the office of Her Majesty’s Sculptor in Ordinary for Scotland, a post he held until his death in 2005. He also was awarded KBE and knighted by Queen Elizabeth II in 1988.

Sir Eduardo Luigi Paolozzi est un sculpteur et peintre écossais d’origine italienne, né au nord d’Edimbourg en 1924, et l’un des créateurs de l’Indépendant Group considéré comme étant le précurseur du Pop Art britannique. Figure majeure du mouvement artistique dans les années 1950, Paolozzi étudie à Edimbourg avant de vivre à Londres (1944-1947), puis à Paris (1947-1949) où il fait la connaissance des artistes Alberto Giacometti, Georges Braque et Fernand Léger. Lorsqu’il revient à Londres et installe son atelier à Chelsea, Paolozzi commence à collectionner des centaines d’objets trouvés, sculptures, mannequins, divers matériaux, outils, jouets et livres qu’il utilise dans ses oeuvres, particulièrement dans ses collages. Assez rapidement dans les années 1950 ses sérigraphies et sculptures ‘Art Brut’ retiennent l’attention du public. Si Paolozzi qualifie plus volontiers son travail de “surréaliste”, il est associé au Pop Art pour ses statues ultra-réalistes auxquelles des éléments cubiques ont été ajoutés ou enlevés. A l’époque l’ambition de Paolozzi est de trouver un moyen d’appréhender le monde moderne en réunissant les éléments d’une civilisation fragmentaire par le biais de l’imagination et de la fantaisie, mêlant confusion et inspiration. Puis dans les années 1960 il expérimente et repousse les limites du médium sérigraphique. Les séries qu’il réalise sont alors un mélange de références à la culture pop et à l’imagerie technologique (photo). En 1986 Paolozzi reçoit le titre honorifique de Sculpteur de sa Majesté en Ecosse (Her Majesty’s Sculptor in Ordinary for Scotland), un poste qu’il occupe jusqu’à sa mort en 2005. Il a également été anobli par la reine Elizabeth II en 1988.

.

warhol-1#4  Andy Warhol  (1928-1987)

Andy Warhol was an American artist born in 1928 in Pittsburgh, Pennsylvania, and certainly the most famous leading figure of the Pop Art movement (also the coolest if you ask me). After he graduated from high school Warhol studied commercial art and in 1949 he moved to New York City to begin a career in magazine illustration and advertising. He gained fame in the 1950s for his drawing of shoe advertisements done in a loose, blotted-ink style, and for his designed album covers (RCA Records). Early adopter of the silk screen printmaking process as a technique for making paintings, he rapidly used it to photographically reproduction. Both Warhol’s commercial and later his fine art endeavors display a casual approach to image making, an exploration gathering artistic expression, celebrity culture and advertisement that flourished by 1960s. Although best known for his portraits, Warhol encompassed many forms of media, ranging from hand drawing, printmaking, photography to silk screening, sculpture, movie making, music and computer-generated art (using Amiga computers introduced in 1984). Openly gay before the gay liberation movement, exuberant, this business artist also founded Interview Magazine, wrote numerous books (incl. the humbly titled The Philosophy of Andy Warhol) and adopted the and The Velvet Underground in the mid-1960s by producing their first album The Velvet Underground & Nico and providing its album art cover. Just for the anecdote, Warhol’s works include some of the most expensive paintings ever sold.

Andy Warhol est un Pop artiste américain né en 1928 à Pittsburgh en Pennsylvanie,  certainement le plus célèbre des artistes de sa génération (et le plus cool si vous voulez mon avis). Après l’obtention d’un diplôme de dessin publicitaire en 1949 Warhol s’installe à New York où il réalise les illustrations pour des magazines de mode et des publicités papier. Il est rendu célèbre dans les 1950 par ses croquis et esquisses pour des publicités de chaussures, réalisées dans un style fluide à l’encre de Chine colorée sur du papier hydrofuge, et pour les pochettes d’albums qu’il crée pour RCA Records. Ses dessins publicitaires deviennent si connus que le reste de son oeuvre n’est pas pris au sérieux, et ses premières expositions se soldent par de cuisants échecs. Warhol décide alors, plutôt que de les opposer, de réunir ses dessins publicitaires et ses oeuvres d’art plus traditionnel. Dès le début des années 1960 il adopte la technique qu’il utilise pour ses œuvres les plus célèbres : la photographie sérigraphiée est reportée sur toile. Les dessins publicitaires et artistiques de Warhol présentent une nouvelle manière de considérer la conception de l’image, une expérimentation réunissant l’expression artistique, le culte de la célébrité éphémère et la publicité prospère des années 1960. Désormais plus connu pour les séries de portraits qu’il a réalisé, Warhol s’est essayé à une multitude de médias, du dessin à la gravure, de la photographie à la sérigraphie, de la sculpture à la réalisation cinématographique, de la direction photographique au jeu d’acteur, de la musique à l’art généré par ordinateur (pionnier en la matière, il utilise des ordinateurs Amiga créés en 1984). Ouvertement gay avant le mouvement de libération homosexuel aux Etats-Unis, exubérant, excentrique, controversé, cet artiste-entrepreneur crée par ailleurs l’Interview Magazine, écrit de nombreux livres (dont le titre le plus modeste de l’histoire de la littérature : La Philosophie d’Andy Warhol) et découvre les Velvet Underground au milieu des années 1960 avant de produire leur premier album The Velvet Underground & Nico dont il réalise la pochette. 

.

Johns#5  Jasper Johns  (1930)

Jasper Johns is an American contemporary artist born in Augusta, Georgia, in 1930, best known for his painting and printmaking works. After he studied at the University of South Carolina from 1947 to 1948 Johns moved to New York City where he studied at the Parsons School of Design in 1949. Stationed in Sendai, Japan during the Korean War, he returned to New York in 1954 and started creating his own art works. Strictly speaking, Jasper Johns is more often described as a Neo-Dadaist than a Pop artist. That said, his subject matter including images and objects from popular culture, and the way he derives classical iconography make many art historians consider Jasper Johns as a pop artist. For his early works Johns used simple schema such as flags, maps, targets, letters and numbers. He rapidly got known for his treatment of the surface, and his technique to incorporate encaustic and plaster relief in his paintings, setting out contradictions, paradoxes and ironies. Contrary to lots of pop artists, Johns neutralizes his subject so that a pure surface could declare itself. Johns also produces intaglio prints, sculptures and lithographs with similar motifs, with the ambition to create meaning solely through the use of conventional symbols that are able to exist outside of any referential context. John’s best known work Flag (picture) is indeed primarily a visual object -the U.S. flag-, separated from its symbolic connotations, reproduced and in a way reduced to something in-itself. Since 1960s Johns has worked with Universal Limited Art Editions, Inc (ULAE) and produced several printmaking works by developing existing compositions. In 1971 he became the first artist at ULAE to use the handfed offset lithographic press. Few years later in 1976 Johns partnered with playwright Samuel Beckett to create Foirade/Fizzles a book including 33 etchings that revisited earlier works by John and 5 fragments by Beckett. Johns currently lives in Connecticut, where he keeps managing the Foundation for Contemporary Arts he founded in 1963 in New York City.

Jasper Johns est un artiste contemporain né à Augusta (Géorgie) en 1930, essentiellement connu pour ses peintures et sérigraphies. Après avoir étudié l’art à l’université de Caroline du Sud de 1947 à 1948 Johns part pour New York où il étudie à la Parsons School of Design en 1949. Après la guerre de Corée durant laquelle il est basé à Sendai au Japon, il retourne à New York où il commence à créer ses propres oeuvres. Pour être précise, Jasper Johns est plus souvent décrit comme un nouveau-dadaiste qu’un pop artiste. Ceci étant, plusieurs historiens de l’art le considèrent comme un pop artiste de par les sujets de ses oeuvres comprenant des images et objets dérivés de la culture populaire et la façon dans il détourne les iconographies classiques. Pour ses premières oeuvres Johns utilise des schémas simples comme des drapeaux, des cartes, des cibles, des lettres et des nombres. Rapidement connu pour son traitement des matières et surfaces, il développe la technique de l’encaustique (peinture à l’aide de cire chaude) et la création de bas-reliefs en plâtre mettant en exergue les contradictions du monde moderne, ses paradoxes et ironies. Contrairement à beaucoup de pop artistes, Johns cherche à annihiler la portée symbolique des objets qu’il détourne, les réduisant à l’état de simples surfaces de travail. Il produit également des encres d’impression, des sculptures et des lithographies aux motifs similaires, avec l’ambition de créer un sens nouveau par l’utilisation de symboles conventionnels capables d’exister de façon durable en-dehors de leur contexte référentiel. L’oeuvre la plus connue de Johns, Flag (photo) est ainsi la reproduction d’un objet visuel – le drapeau des Etats-Unis- détaché des connotations symboliques auxquelles il est normalement associé, reproduit à l’infini afin de réduire sa portée visuelle à celle d’un simple objet -un drapeau. Depuis les années 1960 Johns travaille pour les Universal Limited Art Editions Inc (ULAE) et produit plusieurs travaux sérigraphiques à partir de compositions pré-existantes. En 1971 il est le premier artiste de l’ULAE à utiliser la presse lithographique offset manuelle. Quelques années plus tard en 1976 il collabore avec le dramaturge Samuel Beckett. Ensemble ils produisent Foirade/Flizzles, un livre construit autour de 33 esquisses de Johns combinées à 5 textes de Beckett. Johns vit actuellement dans le Connecticut où il continue de diriger la Fondation pour les Arts contemporains qu’il a créée en 1963 à NewYork.

.

wesselmann#6  Tom Wesselmann (1931-2004)

Tom Wesselmann was an American pop artist born in 1931. After attempting Psychology at the University of Cincinnati, Wesselmann was drafted into the U.S. Army in 1952 but basically spent his service stateside. During that period he credited his first cartoons and decided to integrate the Art Academy of Cincinnati as soon as he would be discharged. When he came back, he first completed his psychology degree in 1954 and then studied drawing. He achieved some initial success when he sold his first cartoon strips to the magazines 1000 Jokes and True. Later he preferred pursuing painting rather than cartooning as a career and with his first series Great American Nude that he started in 1961 he was acknowledged by the art world. Wesselmann conceived the series limiting his palette to red, white, blue and colors associated with patriotic motifs such as gold and khaki. In these series, representational images with an accordingly patriotic theme such as portraits of founding fathers were collaged from magazines and discarded posters. Wesselmann’s first solo exhibition was held at the Tanager Gallery in 1961, representing both the large and small Great American Nude collages. Although Wesselmann never liked his inclusion in American Pop Art considering he made an aesthetic use of everyday objects and not a criticism of them as consumer objects, the several retrospectives following his death in 2004 classified his work as a major Pop Art contribution.

Tom Wesselmann est un pop-artiste américain né en 1931. Après une première année d’étude de psychologie à l’université de Cincinnati, Wesselmann effectue son service militaire mais reste aux Etats-Unis. C’est à cette période qu’il dessine ses premiers dessins humoristiques et décide d’intégrer l’académie d’Arts de Cincinnati à la fin de son service militaire. Quand il revient à la vie civile, il termine d’abord sa formation en psychologie avant de commencer un cursus d’art en 1954. Ses oeuvres sont peu à peu reconnues, notamment par le biais des magazines 1000 Jokes et True pour lesquels il dessine des bandes dessinées. Plus tard il préfère la peinture à la bande-dessinée et réalise la première série Great American Nude en 1961, qui reçoit un vibrant accueil par le monde de l’art. Wesselmann produit des séries en limitant sa palette aux rouge, bleu, blanc et aux couleurs associées aux motifs patriotiques comme l’or et le kaki. Dans ces séries il détourne des représentations et symboles patriotiques comme les portraits des pères fondateurs découpés dans des magazines, des posters, cartes postales, et apposés ou superposés ensuite. La première exposition personnelle de Wesselmann a lieu à la Tanager Gallery en 1961, et présente les petits et grands collages de la série Great American Nude. Même si Wesselmann n’a jamais apprécié son inclusion au mouvement Pop Art américain, considérant que l’utilisation esthétique qu’il faisait des objets de la vie quotidienne n’était pas une critique de la société de consommation contemporaine, les nombreuses rétrospectives qui lui ont été consacrées après sa mort en 2004 répertorient son oeuvre comme une contribution majeure au Pop Art.

.

Blake#7  Peter Blake (1932)

Peter Blake is an English artist born in 1932, who became one of the best known pop artists during the 1950s. His paintings included imagery from advertisements, music hall entertainment, wrestlers and collaged elements. After his first solo exhibition in 1960 at the Institute of Contemporary Arts he participated to the ‘Young Contemporaries’ exhibition of 1961 alongside David Hockney and R.B. Kitaj where he was first identified with the emerging British Pop Art movement. He came to wider public attention a bit later when he featured in Ken Russell’s Monitor film on pop art (Pop Goes the Easel) broadcasted on BBC television in 1962. Represented by art dealer Robert Fraser, Blake was placed at the centre of swinging London and was in contact with leading figures of popular culture. Blake’s first works combined images from pop culture with fine art. Then he painted several album sleeves, including his best known work : the for the Beatles’ Sgt. Pepper’s Lonely Hearts Club Band, which Blake realized with his wife Jann Haworth. In 1969 he left London to live near Bath (SouthWest England). His work changed direction to feature scenes based on English Folklore and theatre. For instance in the early 1970s Blake made a set of watercolourpaintings to illustrate Lewis Carroll‘s Through the Looking-Glass. After his divorce with Jann Haworth in 1979 Blake moved back to London and his work returned to earlier popular culture references. In 1981 he became a Royal Academician and was knighted as a Knight Commander of the Most Excellent Order of the British Empire for his services to art in 2002.

Peter Blake est un artiste anglais né en 1932 et l’un des pop-artistes les plus célèbres de sa génération. Ses peintures détournent avec humour les publicités des années 1950, les affiches de music hall, les photographies de lutteurs collées ça et là sur la toile. Après sa première exposition personnelle en 1960 à l’Institut des Arts Contemporains il participe à l’exposition ‘Young Contemporaries’ de 1961 à Londres, aux côtés de David Hockney et R.B. Kitaj qui furent tout comme lui considérés comme les leaders du Pop Art anglais émergent. Le grand public découvre son oeuvre un peu plus tard par le biais du film Monitor de Ken Russell, documentaire sur le pop art (Pop Goes the Easel) diffusé par la BBC en 1962 et dans lequel Blake apparaît. Représenté par le marchand d’art Robert Fraser, Blake se retrouve au centre du Londres des années 1960, entouré des protagonistes de la culture pop en devenir. Ses premières oeuvres, mêlant images d’objets populaires et d’art traditionnel, sont transformées pour la réalisation des pochettes d’albums, dont sa création la plus célèbre : la pochette de l’album des Beatles Sgt. Pepper’s Lonely Hearts Club Band qu’il réalise avec sa femme, l’artiste américaine Jann Haworth. En 1969 ils quittent Londres pour vivre près de Bath (au sud-ouest de l’Angleterre). Son oeuvre évolue alors vers la représentation imagée du folklore et du théâtre anglais. Par exemple au début des années 1970 Blake réalise une série d’aquarelles pour illustrer le conte de Lewis CarrollDe l’autre côté du miroir. Après son divorce avec Jann Haworth en 1979 Blake revient à Londres et son travail redevient un jeu subtil avec les références de la culture pop. En 1981 il entre à l’Académie Royale et en 2002 est fait chevalier commandant de l’ordre de l’Empire britannique pour service rendu à l’art.

..

Rosenquist#8  James Rosenquist  (1933)

James Rosenquist is an American painter/lithographer and one of the protagonists in the Pop Art movement who first earned his living as a billboard and sign painter. Which incidentally turned out to be a great training for his future artistic experimentations including sign-painting techniques applied to the large-scale paintings. Like many other pop artists of his generation, Rosenquist early adapted the visual imagery of advertising and pop culture to the context of fine art, making it (often) funny, vulgar and (sometimes) outrageous. During the 1960s he used to work with rather bizarre juxtapositions of fragments of immense images. He was the first one-man exhibition at the Green Gallery in New York in 1962 and achieved international acclaim in 1965 with the huge room-scale painting F-111 (over 26 metres long). At that period he started to use extraneous materials such as plastic sheets, mirrors, perspex, neon and electric light. Rosenquist’s specialty is taking fragmented and disproportionate images he then combines, overlaps and puts on canvases to create visual stories. He also has produced a range of prints, drawings and collages. One of his print is actually though to be the world’s largest print, measuring approximatively 7×35 feet. He currently lives in New York and in Tampa, Florida.

James Rosenquist est un peintre et lithographe américain, et l’un des protagonistes du mouvement Pop Art américain qui pendant de longues années gagne sa vie en peignant des insignes et panneaux publicitaires. Ce qui s’avère par la suite être plutôt pratique pour ses expérimentations artistiques, soit l’application des techniques de peintures d’affichage aux larges toiles/supports. Comme beaucoup de pop-artistes de sa génération, Rosenquist adapte très tôt le visuel de l’imagerie publicitaire et de la pop culture au contexte artistique, le rendant (souvent) drôle, (parfois) vulgaire et scandaleux. Pendant les années 1960 il prend l’habitude de juxtaposer des fragments d’immenses images et affiches. Il est le premier artiste à qui la Green Gallery de New York consacre une exposition personnelle en 1962 et est internationalement reconnu en 1965 après la réalisation de F-111, une immense fresque recouvrant les murs d’une pièce de plus de 26 mètres de long. A cette époque il ajoute à ses oeuvres des matériaux jusque là peu ou pas utilisés dans l’art traditionnel comme le plastique, les miroirs, le plexiglas, les néons et lumières électriques. Sa spécialité devient rapidement la fragmentation d’images disproportionnées ré-assemblées sur toiles pour créer des visuels, des histoires. Il produit également un grand nombre de peintures, imprimés, dessins et collages. Un des dits imprimés fait partie des oeuvres les plus grandes du monde, mesurant approximativement 2×10 mètres. Rosenquist vit actuellement entre New York et Tampa, en Floride.

.

hockney#9  David Hockney  (1937)

Haaaaa David Hockney aka my favorite Pop artist (yes, even if there only are Andy Warhol reproductions in my apartment – just a matter of time really). David Hockney is an English painter, draughtsman, printmaker, stage designer, photographer and an important contributor to the Pop Art movement. Educated at the Royal College of Art in London, he is considered one of the most influential British artists of the 20th century since the Young Contemporaries exhibition of 1961 that announced the arrival of British Pop Art, movement he has been associated with even if his early works display expressionist elements. In 1963 he visited California, where he subsequently lived on and off for over 30 years. This trip inspired him to make a series of paintings of swimming pools (no offense but he obviously couldn’t have had this king of inspiration in the UK) in the new acrylic medium rendered in a highly realistic style using vibrant colours. Hockney also painted portraits of friends, lovers and relatives at different periods in his career. His own presence is often implied since the lines of perspective converge to suggest the artist’s point of view. In the early 1980s Hockney began producing photocollages that he called “joiners”. He first used Polaroid prints and then 35mm, commercially-processed color prints of a single subject, arranging a patchwork to make a composite image (picture). Additionally Hockney was a founder of the Museum of Contemporary Art in Los Angeles (1979) and served on the advisory board of the British cultural and political magazine Standpoint.

Aaaaaah David Hockney ou mon pop-artiste préféré (oui, même s’il n’y a chez moi que des reproductions d’Andy Warhol – ce n’est qu’une question de temps). David Hockney est un peintre, dessinateur, scénographe britannique et important contributeur du mouvement Pop Art. Il étudie au Royal College of Art à Londres, et est très tôt considéré comme l’un des artistes anglais les plus influents du XXe siècle. A partir de l’exposition Young Contemporaries de 1961 à laquelle il participe aux côté de Blake, et qui annonce l’émergence du Pop Art sur la scène artistique internationale, il est associé au mouvement et ce même si ses premières oeuvres comportent nombre d’éléments expressionnistes. En 1963 il visite la Californie, où il vit ensuite par intermittence pendant plus de 30 ans. Ce voyage lui inspire une séries de peintures (oui qu’on se le dise, il n’aurait pas pu avoir ce genre d’inspiration au Royaume-Uni) réalisées à l’acrylique, aux couleurs vibrantes et au réalisme époustouflant. Hockney réalise également de nombreux portraits de ses amis, amants, connaissances à différentes périodes de sa carrière. Sa présence y est souvent suggérée puisque toutes les lignes de perspectives convergent vers le spectateur/point de vue du peintre. Au début des années 1980 Hockney commence à produire des photo-collages qu’il appelle des “joiners”. Il utilise d’abord des appareils Polaroïd puis 35mm pour photographier un même sujet ou objet, puis assemble les photos prises pour recomposer une image globale (photo). Le patchwork prend ainsi des airs cubistes. Par ailleurs Hockney est l’un des fondateurs du Musée des Arts Contemporains de Los Angeles (1979) et a fait partie du conseil d’administration du magazine politique et culturel anglais Standpoint.

.

haring#10  Keith Haring  (1958-1990)

Keith Haring was an artist and social activist whose imagery has become a widely recognized visual language. Haring achieved his first public attention by responding to the New York City street culture of the 1980s and creating public art in subways. Around this period he befriended fellow emerging artists like Jean-Michel Basquiat and Kenny Scharf who shared his interest in the colorful and transgressive graffiti art of the city’s streets. The “Radiant Baby” rapidly became his symbol, the way he chose to express concepts of birth, death and war with vivid colors, bold lines and active figures in movement. Haring and these other artists organized exhibitions at downtown nightclubs where art, music and fashion were gathered in a dynamic mix. The energy and optimism of his art brought him popularity with a wide audience. After his first solo exhibition in 1981 at the Westbeth Painters Space in Manhattan, he received several commissions including the design of a jacket worn by Madonna for a performance of her song “Like a Virgin”(1984). Openly gay and a strong advocate of safe sex, Haring established the Keith Haring Foundation in 1989 after he was diagnosed with AIDS. The foundation aims to provide funding and imagery to AIDS organizations and children’s programs. Haring spent to the last months of his life speaking about his own illness and generating activism and awareness about AIDS.

Keith Haring est un artiste et un militant pour les droits des homosexuels américain mondialement connu pour une imagerie devenue partie intégrante du paysage visuel de la fin du XXe siècle. Inspiré par la street culture et les graffitis de la ville de New York des années 1980, Haring commence à produire de larges fresques dans le métro de la ville, remplissant les encarts publicitaires laissés vides. C’est à cette époque qu’il rencontre les artistes émergents Jean-Michel Basquiat et Kenny Scharf qui partagent son intérêt pour les graffitis colorés et transgressifs des rues new-yorkaises. Le “Radiant Baby” devient rapidement son emblème, le moyen par lequel Haring exprime les concepts de naissance, de mort et de guerre par des couleurs vives, des figures en mouvement aux larges contours. Haring et ces autres artistes organisent plusieurs expositions dans les nightclub du centre-ville où art, mode et musique se mêlent. L’énergie et l’optimisme de ses oeuvres sont bientôt synonymes d’une très grande popularité. Après sa première exposition personnelle en 1981 au Webstbeth Painters Space de Manhattan, il reçoit plusieurs commandes comme la conception d’une veste portée par Madonna lors d’un passage télévisé pour sa chanson “Like a Virgin” (1984). Ouvertement gay et fervent défenseur de l’éducation sexuelle, Haring crée en 1989 la Keith Haring Foundation lorsqu’il est découvre qu’il est atteint du SIDA. La fondation a pour but de financer et illustrer des campagnes contre le SIDA et des programmes pour enfants atteints de la maladie. Haring passe les derniers mois de sa vie à parler de l’épidémie, des conséquences sur son propre organisme, encourageant l’activisme et l’information publique sur le SIDA.

.

Want to know more about Pop Art ? Find below the brilliant Introduction to Pop Art by United Learning and Arts4All Ltd :

.

10 Comic Book Superheroes (and their dark little secrets)

Superheroes stories inspire us and provide, in a way or another, models of coping with adversity, finding meaning in loss and trauma. Politically and ideologically inspired, Occidental superheroes inhabit our childhoods and imaginary worlds. And if wearing tights is completely optional, knowing these few superheroes seems indispensable.

Les histoires de super-héros nous inspirent et produisent, d’une façon ou d’une autre, des modèles d’acceptation de l’adversité, donnant un sens aux pertes et aux traumatismes passés. Politiquement et idéologiquement orientés, les super-héros occidentaux peuplent nos souvenirs d’enfance et notre imaginaire. Et si porter des collants est tout à fait optionnel, connaître ces quelques super-héros semble indispensable.

♫  College & Electric Youth – A Real Hero ♫

.

Superman#1  SUPERMAN (1933)

Sole survivor of the planet Krypton sent to Earth by his scientist father Jor-El, Superman was found and fostered by Jonathan and Martha Kent who christened him Clark. The young boy grew up in Smallville (Kansas) where he began to develop superhuman abilities. Then he and his foster parents decided to create a secret identity to allow him to use his powers in public. Created by writer Jerry Siegel and artist Joe Shuster in 1933, this comic book superhero is then sold to Detective Comics, Inc. (later DC Comics) in 1938. Superman first appeared in June 1938, in Action Comics #1, and then in various radio serials, television programs, films (the last one, Zack Snyder’s Man of Steel, will be released in the UK June the 14th, 2013 !), newspapers and video games. The particularity of this fictional character is the constant change : since its creation in 1933 as a bald telepathic villain bent on dominating the world (cf The Reign of the Super-Man by Jerry Siegel and Joe Shuster), the storyline has been altered and updated many times. For instance in the 40’s Superman’s powers increased and he was then able to fly, had x-ray, telescopic, microscopic and heat vision. Later in 1971 Danny O’Neil began writing the Superman comic series and changed Superman’s job to a television news reporter in the fictional American city of Metropolis. This constant reinvention makes every generation having a different version of Superman. The huge success of the adventures of this cultural icon helped to create the superhero genre and establish its primacy within the American comic book. ♥ The second most recent retelling of Superman’s origins : the 2003-2004 twelve-issue comic book Superman: Birthright by Mark Waid and Francis Lenil Yu.

Unique survivant de la planète Krypton envoyé sur Terre par son père, le scientifique Jor-El, Superman est trouvé et recueilli par Jonathan et Martha Kent. Ils le baptisent Clark et l’élèvent à Smallville (Kansas) où le jeune garçon développe des pouvoirs surhumains. Avec le soutien de ses parents adoptifs, Clark décide de créer une identité secrète lui permettant d’utiliser ses pouvoirs en public (seule étrangeté : cette identité “secrète” ne comporte pas de masque, mais une simple paire de collants et une cape… passons). Créé par l’auteur Jerry Siegel et le dessinateur Joe Shuster en 1933, ce super-héros est ensuite vendu à Detective Comics, Inc. (future DC Comics) en 1938. Les aventures de Superman commencent en juin 1938 par la parution de Action Comics #1, puis sont déclinées sur différents supports médiatiques (feuilletons, séries radiophoniques, télévisées, jeux vidéos et films dont le dernier, Man of Steel, réalisé par Zack Snyder sortira en France le 19 juin 2013 !). La particularité de ce personnage de fiction est le constant changement : depuis sa création en 1933 comme télépathe dont l’unique but est de dominer le monde (cf The Reign of the Super-Man de Jerry Siegel et Joe Shuster), l’intrigue a été changée et développée de nombreuses fois. Pour exemple à partir des années 1940 Superman a la capacité de voler, et a une vision aux rayons x télescopique, microscopique et thermique. Plus tard en 1971 Danny O’Neil reprend la scénarisation des aventures de Superman et le fait reporter de télévision dans la ville fictive de Metropolis. Cette constante réinvention a permis et permet à chaque génération de percevoir Superman d’une manière distincte et pourtant toujours commune. L’immense succès des aventures de cette icône culturelle aida à la création du genre des super-héros et établit sa primauté dans l’art de la bande-dessinée américaine. ♥ La seconde plus récente réécriture des origines de Superman : la série de douze épisodes parue en 2003-2004 Birthright de Mark Waid et Francis Lenil Yu.

.

Batman#2  BATMAN  (1939)

1939. The success of Superman in Action Comics leaded editors at the comic book division of National Publications (future DC Comics) to request more superheroes for its titles. In response artist Bob Kane and writer Bill Finger created the Bat-Man. Bruce Wayne is an American billionaire playboy, industrialist and philanthropist who had witnessed the murder of his parents as a child and then had trained himself both physically and intellectually in order to fight crime. This superhero operates in the fictional Gotham City and his particularity is to not possess any superpowers. Instead he makes use of intellect, science and technology, physical prowess, martial arts skills. His fears, his darkness, his complex psyche are certainly, above all, the reasons why Batman is my favorite superhero. Soon after his first appearance in Detective Comics #27 (May 1939), Batman became a very popular character and gained his own comic book title, Batman in 1940. And then were created, among others, some of my favorite villains : the Joker, the Penguin, Two-Face, Ra’s al Ghul, Poison Ivy and Catwoman… Afterwards Batman has been licensed and adapted into a variety of media, from radio to television and film with various success.  The acclaimed 1986 miniseries The Dark Knight Returns by Frank Miller and Batman : The Killing Joke by Alan Moore.

1939. L’immense succès de Superman dans Action Comics amène les éditeurs du département bande-dessinée de National Publications (future DC Comics) à faire un appel d’offres pour la création de nouveaux super héros. En réponse l’illustrateur Bob Kane et le scénariste Bill Finger créèrent le Bat-Man (comprendre l’Homme-Chauve-Souris). Bruce Wayne est un milliardaire américain, industriel et philanthrope le jour, playboy la nuit, qui a assisté au meurtre de ses parents alors qu’il n’était encore qu’un enfant. S’ensuit un entraînement à la fois physique et mental pour combattre le crime dans la ville fictive de Gotham City. Sa particularité ? Batman est un super-héros sans super pouvoirs. Contrairement à ses petits camarades, il ne peut compter que sur son intelligence, les sciences et la technologie, ses prouesses physiques et sa pratique des arts martiaux. Ses peurs, profondes et sombres, et sa psyché complexe le rendent à mon sens l’un des personnages de bande dessinée les plus fascinants. Peu après son apparition dans Detective Comics #27 (mai 1939), Batman devient extrêmement populaire et est bientôt le héros de ses propres aventures, Batman, à partir de 1940. Sont ensuite créés, parmi tant d’autres, plusieurs de mes “méchants” préférés : le Joker, le Pingouin, Double-Face, Ra’s al Ghul, Poison Ivy et Catwoman… Un peu plus tard Batman devient une franchise adaptée sous différentes formes, radiophoniques, télévisées et filmiques avec plus ou moins de succès. ♥ L’acclamée minisérie datant de 1986, The Dark Knight Returns de Frank Miller et Batman : The Killing Joke d’Alan Moore.

.

wonder-woman#3  WONDER WOMAN  (1941)

Seems impossible for me writing a post about superheroes not mentioning Wonder Woman. Warrior princess of the Amazons known as Diana of Themysciran, she has a wide range of superhuman powers, combat and battle skills. Super-heroine fighting for justice, love, peace and sexual equality, she possesses the Lasso of Truth, a pair of indestructible bracelets and the famous tiara which serves as a projectile (often) and invisible airplane (sometimes). Created by psychologist and writer William Moulton Marston, she first appeared in All Star Comics #8 (December-January 1941). Marston struck upon an idea for a new kind of superhero, one who would triumph not with fists or firepower, but with love, and initially she was fighting the Axis military forces. Later she gained numerous enemies bent on eliminating the Amazon, including many gods and monsters also from Greek mythology. Pin-up regularly appearing in the superhero teams Justice Society (from 1941) and Justice League (from 1960), Wonder Woman through Golden, Silver, Bronze and Modern Ages had been widely considered a feminist icon (I mean she can catch bad guys with a magic lasso, that’s pretty cool). ♥ The 2008 four-issue comic book The Circle by writer Gail Simone and artists Terry Dodson and Rachel Dodson.

Il me paraît impossible d’évoquer 10 super héros sans évoquer Wonder Woman. Princesse guerrière de la tribu mythologique des Amazones connue sous le nom de Diana, elle a de multiples super-pouvoirs et aptitudes de combat. Super-héroïne combattant pour la justice, l’amour, la paix et l’égalité des sexes, elle possède le lasso de la Vérité, une paire de bracelets indestructibles et la fameuse tiare dont elle se sert comme projectile (souvent) ou de moyen de transport invisible (parfois). Créée par le psychologue et auteur William Moulton Marston (créateur du test de pression sanguine systolique précurseur du détecteur de mensonge), elle apparaît pour la première fois dans All Star Comics #8 (décembre-janvier 1941). Marston voulait définir une nouvelle sorte de super-héros qui ne triompherait pas par les poings ou les armes mais par l’amour. Elle combat en premier lieux les forces de l’Axe durant la Seconde Guerre mondiale, puis se fait de nombreux ennemis voulant la fin des Amazones, dont plusieurs dieux et monstres eux aussi issus de la mythologie grecque. Pin-up super-puissante apparaissant régulièrement dans les rangs de la Société des Justiciers (à partir de 1941) et de la Ligue des Justiciers (à partir de 1960), Wonder Woman traverse les âges d’or, d’argent, de bronze et l’âge moderne de la bande dessinée comme une icône féministe (elle attrape des méchants avec un lasso magique, faut avouer que c’est plutôt cool). The Circle paru en 2008 en quatre épisodes écrits par Gail Simone, illustrés par Terry Dodson et Rachel Dodson.

.

Captain_America#4  CAPTAIN AMERICA  (1941)

World War II. Steven Rogers, a young American citizen concerned by the rise of the Third Reich, attempts to enlist but is rejected due to his physically frail body. However he is so determined that he is assigned to the project “Rebirth” and then used as a test subject for this Super-Soldier project. He receives a special serum that transforms him into a nearly perfect human being with peak strength, agility, stamina and intelligence. Bearing an American flag motif and armed with an indestructible boomerang-like shield, this intentionally patriotic creation by Joe Simon and Jack Kirby first appeared in Captain America Comics #1 (March 1941). Capturing the idealism of America, often depicted fighting the Axis powers and particularly Nazis’ forces, Captain America was Timely Comics’ (Marvel Comics’ 1940s predecessor) most popular character during the 1940s wartime period. After World War II ended the Captain America’s popularity waned. The comic was discontinued by the 1950s before a revival by Marvel Comics during the Silver Age of Comics : Captain America was re-introduced as an M.I.A World War II soldier retrieved from an iceberg and awaken by the superhero team the Avengers (cf The Avengers #4 – March 1964). Afterwards Captain America often led the said team of the Avengers as well as starring in his own series. Just so you know he was the first Marvel Comics character adapted into another media (1944 movie serial Captain America). ♥ The seminal 1987-1989 eighteen-issue Captain America No More by Mark Gruenwald.

Seconde Guerre mondiale. Steven Rogers, un jeune citoyen américain inquiet de l’ascension du Troisième Reich, tente de s’engager dans l’armée mais il est réformé du fait de sa frêle condition physique. Cependant sa détermination est telle qu’il est assigné au projet “Rebirth” puis sert de sujet test pour le projet Super Soldat. Il reçoit une forte dose d’un sérum qui le transforme en un être humain quasi parfait, à la force, l’agilité, l’endurance et l’intelligence extrêmes. Portant le motif du drapeau américain sur son costume et armé d’un indestructible bouclier/boomerang, cette intentionnelle création patriotique de Joe Simon et Jack Kirby apparaît pour la première fois dans Captain America Comics #1 en mars 1941. Cristallisation de l’idéalisme états-unien, Captain America est souvent décrit combattant les forces de l’Axe et les Nazis plus particulièrement. Le public se passionne pour ce super-héros Timely Comics (futur Marvel Comics) au début des années 1940, pour s’y désintéresser progressivement après la guerre. Les aventures de Captain America s’arrêtent au début des années 1950 avant de reparaître plus de dix ans plus tard. Au début de l’âge d’argent de la bande-dessinée, Marvel Comics ré-introduit le personnage de Captain America en tant que vétéran de la Seconde Guerre mondiale conservé dans un iceberg, découvert et ramené à la vie par les Avengers (cf The Avengers #4 – mars 1964). Après quoi Captain America prend souvent le commandement des Avengers, s’illustrant également dans ses propres aventures. Pour l’anecdote, il fut le premier personnage Marvel Comics adapté dans un autre média (le film Captain America d’Elmer Clifton et John English – 1944). ♥ La série de dix-huit épisodes datant de 1987-1989 Captain America No More de Mark Gruenwald.

.

aquaman#5  AQUAMAN  (1941)

Originally, creators Paul Norris and Mort Weisinger wrote the story of Arthur Curry, son of a famous sea explorer who learned ways of teaching the young Arthur to live under the ocean by physical training and using science. Able to breathe underwater with gills, having a superhuman strength that allowed him to swim at high speeds, this superhero debuted in More Fun Comics #73 (September 1941) fighting Nazi U-boat commanders and various Axis villains. During the late 1940s and 1950s Aquaman dealt with various sea-based criminals, including his longtime archenemy modern-day pirate Black Jack. In early 1960s, his story and origins were completely changed by writer Robert Bernstein and artist Ramona Fradon. They established that before his super-heroic career Aquaman was Arthur Curry, the son of lighthouse keeper Tom Curry and water-breathing outcast from the lost underwater city of Atlantis Atlanna. Logically, Arthur discovered as a youth that he possessed superhuman abilities including communication with sea life. Eventually he decided to use these extraordinary aptitudes to become the defender of Earth’s oceans. Former backup feature in DC’s anthology titles, Aquaman became a founding member of the Justice League during the late 1950s and 1960s superhero-revival period (Silver Age). Certainly most marginalized superhero in comic history, he was later depicted as serious and broody saddled with a fallen hero ill reputation and struggling to find the purpose of his deposed king position. Aquaman – Death of a Prince, Adventure Comics #451-455, Aquaman #57-63 by David Michelinie and Jim Aparo.

A l’origine, Paul Norris et Mort Weisinger écrivirent l’histoire d’Arthur Curry, fils d’un célèbre exploreur des fonds marins qui une fois veuf enseigne au jeune Arthur comment vivre sous l’océan par un entraînement physique intense et à l’aide des sciences. Capable de respirer sous l’eau par des branchies, Arthur développe une force surhumaine qui lui permet de nager extraordinairement vite. Il apparaît pour la première fois en septembre 1941 dans More Fun Comics #73 en combattant des sous-marins nazis et des forces armées de l’Axe. Pendant les années 1940 et 1950 Aquaman fait face à divers criminels des fonds marins, dont son ennemi juré le pirate moderne Black Jack. Au début des années 1960 son histoire et ses origines sont complètement réécrites par le scénariste Robert Bernstein et l’artiste Ramona Fradon. Désormais Aquaman est Arthur Curry, fils du gardien de phare Tom Curry et de Atlanna, bannie de la cité marine perdue d’Atlantis. En toute logique Arthur découvre dès le plus jeune âge qu’il a des prédispositions pour vivre sous la mer et communiquer avec la faune aquatique. Et décide d’utiliser ses dons pour défendre le monde sous-marin. Ancien personnage de second ordre dans les titres d’anthologie des DC comics, Aquaman devient l’un des membres fondateurs de la Ligue des Justiciers à la fin des années 1950 et début des années 1960, lors de la renaissance du genre. Certainement le plus marginal des super-héros de l’histoire des comics, Aquaman a été décrit comme sérieux, pensif et isolé, prisonnier dans son rôle de roi des mers à la réputation de super-héros déclinante. ♥ Aquaman – Death of a Prince, Adventure Comics #451-455, Aquaman #57-63 de David Michelinie et Jim Aparo.

.

spider-man#6  SPIDER-MAN  (1962)

Peter Parker is a science-whiz orphan living with his Aunt May and Uncle Ben. At a science exhibit the teenager is bitten by a radioactive spider. He then acquires the agility and strength of an arachnid. He gains the ability to adhere to walls and ceilings, to react to danger quickly with a new “spider-sense”, and he develops a gadget that lets him fire adhesive webbing through small, wrist-mounted barrels. Created by writer-editor Stan Lee and writer-artist Steve Ditko, Spider-Man first appeared in Amazing Fantasy #15, published by Marvel Comics in August 1962. In the 1960s teenagers in superhero comic books were usually relegated to the role of sidekick. The character of Peter Parker/Spider-Man, a teenage high school student, self-obsessed with rejection, inadequacy and loneliness was a mini-revolution, a new way to tell a story young readers could relate to. Unlike Bucky (Captain America) and Robin (Batman) for instance, Spider-Man had to learn for himself, in several Marvel comic book series that “with great power there must also come great responsibility”. Over the years Peter Parker became a troubled but outgoing college student who married his long time love Mary-Jane with who he had a son, and later a single freelance photographer. Additionally, Spider-Man is a member of the Avengers and the Fantastic Four, Marvel’s flagship superhero teams. ♥ The Amazing Spider-Man #121-122 (The Night Gwen Stacy Died) by Gerry Conway and Gil Kane.

Peter Parker est un orphelin passionné de sciences vivant avec son oncle Ben et sa tante May. Lors d’une sortie scientifique organisée par son lycée, l’adolescent est mordu par une araignée radioactive. Il acquiert alors l’agilité et la force des arachnides. Ayant désormais la capacité d’adhérer aux murs et plafonds, et de réagir au danger rapidement, il développe un gadget pour tisser une toile adhésive. Créé par l’auteur-éditeur Stan Lee et l’auteur-illustrateur Steve Ditko, Spider-Man apparaît pour la première fois dans Amazing Fantasy #15, publié par Marvel Comics en août 1962. Dans les années 1960 les adolescents figuraient dans les bandes dessinées que comme acolytes. Le personnage de Peter Parker/Spider-Man, un lycéen mal dans sa peau, obsédé par le rejet dont il peut être victime, le sentiment de ne pas trouver sa place et celui de solitude est en soi une mini-révolution, une nouvelle manière de raconter une histoire à laquelle les jeunes lecteurs peuvent s’identifier. Contrairement à Bucky (Captain America) et Robin (Batman) par exemple, Spider-Man doit apprendre seul, au cours de plusieurs séries Marvel que “de grands pouvoirs impliquent de grandes responsabilités”. Au fil des années Peter Parker devient un étudiant agité avant d’épouser son amour de jeunesse Mary-Jane avec qui il a un fils puis de devenir un photographe indépendant et célibataire. Spider-Man est également un membre des Avengers et des Quatre Fantastiques. ♥ The Amazing Spider-Man #121-122 (The Night Gwen Stacy Died) de Gerry Conway et Gil Kane.

.

hulk#7  THE HULK  (1962)

As often, this superhero story starts with a difficult childhood. Impulsive and violent Brian Banner used to physically abuse his wife in front of their son Bruce, creating a psychological complex of fear and anger that underlies the future superhero’s personality. As an adult Dr. Bruce Banner had become a socially withdrawn and emotionally reserved physicist. Accidentally exposed to the blast of a test detonation of a gamma bomb he invented, irradiated, Banner will subsequently involuntarily transform into the Hulk, a gigantic, green mutated monster whenever he gets too angry or his life is in danger. Inspired by a combination of Dr Jekyll and Mr. Hyde and Frankenstein, Marvel’s Hulk was created by Stan Lee and Jack Kirby and debuted in The Incredible Hulk #1 (May 1962). Frequently portrayed as an antihero, the Hulk is incredibly strong but unable to control his rage, alternatively naive, childlike or hyper-agressive and brutal. Because of all the destruction he causes, the most common storyline is the pursuit of both Banner and the Hulk by the U.S. armed forces. I have to say I have a particular affection for The Hulk which represents in many ways both human brightness and darkness, highest emotions and lowest instincts. In a word, “Hulk… SMASH !” ♥ The 2006-2007 epic cross-over World War Hulk  by writer Greg Pak and artist John Romita Jr.

Comme souvent, cette histoire de super-héros commence par une enfance difficile. Brian Banner est un mari et un père impulsif et violent. Bruce grandit dans un climat d’angoisse qui alimente sa colère et crée un complexe psychologique de peur qui sous-tend sa future personnalité de super-héros. Adulte, le Dr. Bruce Banner est devenu un introverti et taciturne physicien. Lors d’une session test, il est exposé accidentellement aux rayons gamma d’une bombe qu’il a inventé en tentant de protéger un adolescent qui se trouvait là par hasard. Banner se transforme dès lors involontairement en Hulk, un gigantesque monstre mutant vert, dès que sa colère grandit ou qu’il se sent en danger. Inspiré d’une combinaison de Dr Jekyll et Mr. Hyde et Frankenstein, cette créature Marvel a été créée par Stan Lee et Jack Kirby et paraît pour la première fois dans L’Incroyable Hulk #1 (mai 1962). Fréquemment dépeint comme un anti-héros, Hulk est certes incroyablement fort mais incapable de maîtriser sa rage, tour à tour naïf et immature ou hyper-agressif et brutal. L’intrigue la plus commune, du fait des innombrables dégâts et destructions qu’il engendre, est celle de la poursuite de Banner et Hulk par les forces armées états-uniennes. Je dois avouer mon affection toute particulière pour Hulk qui représente en bien des sens les antagonismes humains par son innocence et sa noirceur, ses émotions pures et ses bas instincts. En un mot, “Hulk… SMASH !” ♥ L’épique cross-over World War Hulk  de Greg Pak et John Romita Jr, paru en 2006-2007.

.

Iron_Man#8  IRON MAN  (1963)

Tony Stark is an American billionaire playboy, industrialist and brilliant engineer. While he is in Vietnam to demonstrate the power of the new Stark innovation, he is injured by an anti-personnel mine. Captured by Vietnamese soldiers, he is forced to build a weapon of mass destruction. Helped by Pr. Yinsen, in order to save his life and escape captivity he decides to create instead a powered suit of armor. Later he uses this suit, constantly improved thanks to Stark Industries weapon innovations, to protect the world as Iron Man. Initially created by writer-editor Stan Lee and designed by artists Don Heck and Jack Kirby to explore Cold War themes, Iron Man in his premiere (Tales of Suspense #39 – March 1963) was an anti-communist hero. Arrogant and provocative defender of a supposed American superiority, he defeated various Vietnamese agents and through his adventures were underlined technological advancement and national defense themes. Later Stark became a more complex and vulnerable character when he struggled with many personal difficulties and notably alcoholism. After the Cold War ended, the main themes of this Marvel’s Avengers member transitioned to contemporary corporate crime and terrorism. ♥ The 1979 nine-issue Demon in a Bottle written by David Michelinie and Bob Layton and illustrated by John Romita, Jr., Bob Layton, and Carmine Infantino.

Tony Stark est un milliardaire américain, un playboy, un industriel de l’armement et un ingénieur de génie. Alors qu’il se rend au Vietnam pour démontrer la puissance d’une des dernières innovations Stark, il saute sur une mine antipersonnel qui projette des éclats près de son coeur. Capturé, il est forcé de construire une arme de destruction massive. Très gravement atteint, il décide avec un autre captif, le Pr. Yinsen, de mettre au point un dispositif destiné à ralentir la progression des éclats de mine dans son corps : une armure, équipée de transistors. Cette armure est ensuite constamment améliorée grâce aux innovations de Stark Industries et Tony Stark s’en sert d’outil pour protéger le monde en tant qu’Iron Man. Initialement créé par Stan Lee et dessiné par les artistes Jack Kirby et Don Heck pour explorer les thèmes de la Guerre Froide, Iron Man est avant toute chose un héros anti-communiste (Tales of Suspense #39 – March 1963). Arrogant, provocateur défenseur d’une supposée supériorité états-unienne, il défie divers agents secrets russes et vietnamiens, tout en faisant l’apologie des avancées technologiques et de défense nationales. Stark devient plus tard un personnage plus complexe et vulnérable quand il doit faire face à ses démons, notamment son addiction à l’alcool. Après la fin de la Guerre Froide, les thèmes principaux  des Avengers changèrent pour avoir pour cibles le crime organisé et le terrorisme. ♥ Paru en neuf épisodes en 1979, Demon in a Bottle écrit par David Michelinie et Bob Layton et illustré par John Romita, Jr., Bob Layton, et Carmine Infantino.

.

professor_x#9  PROFESSOR X  (1963)

Inspired by Martin Luther King, Jr. and created by Stan Lee and Jack Kirby (again), Professor Charles Xavier aka Professor X is an atypic superhero. Paraplegic, he possesses one of the world’s most powerful mutant minds. As a high-level telepath, Xavier can read, control and influence human minds ; and as a scientific genius he leads authority on genetics, mutation and psionic powers. Appearing during the Cold War in 1963, Xavier promotes the peaceful co-existence of mutants and humans by protecting mutants from human violences and human society from antagonistic mutants (including his old friend Magneto). To do so he founded Xavier’s School for Gifted young mutants (later Xavier Institute) to teach the said mutants to explore and control their extraordinary powers. The first group of students was the original X-Men (Cyclops, Iceman, Marvel Girl, Angel, and Beast). Exceptionally intelligent, Xavier is also depicted as secretive and manipulative and has secret darknesses (spoiler alert : the 1984 four-part series titled The X-Men and the Micronauts). ♥ The 2001 story arc E Is For Extinction by writer Grant Morrison and artist Frank Quitely.

Inspiré de Martin Luther King Jr. et créé par Stan Lee et Jack Kirby (encore eux), le Professeur Charles Xavier aka Professeur X est un super-héros atypique. Paraplégique, il a l’un des cerveaux mutants les plus puissants du monde. Télépathe exceptionnellement doué, Xavier peut lire, contrôler et influencer tout esprit humain. Il est également un génie scientifique, figure d’autorité en matière de génétique, de mutations et de pouvoirs psioniques. Apparaissant dans le contexte de la Guerre Froide à partir de 1963, Xavier promeut une co-existence pacifique des mutants et des humains en protégeant les mutants des violences humaines et les sociétés humaines des mutants antagonistes (dont son vieil ami Magneto). Pour ce faire il fonde l’Ecole pour jeunes mutants (futur Institut Xavier) pour apprendre aux dits mutants comme développer et contrôler leur super-pouvoirs. Le premier groupe d’étudiants créé est l’original groupe des X-Men (Cyclops, Iceman, Marvel Girl, Angel, et Beast). Exceptionnellement intelligent, Xavier est également décrit comme secret, manipulateur, un personnage aux sombres secrets (spoiler alert : la série en quatre épisodes de 1984 intitulée The X-Men and the Micronauts). ♥ Histoire publiée en 2001, E Is For Extinction de Grant Morrison et Frank Quitely.

.

Magneto#10  MAGNETO  (1963)

Let’s end this selection by the number 1 Comic Book villain (mouhahaha). Max Eisenhardt was born in the late 1920s in Germany. Frightened by the passing of the Nuremberg Laws his family fled to Poland in 1939. There they were captured and sent to the Warsaw Ghetto. Max’ mother, father and sister were executed and buried in a mass grave but he survived and escaped. Captured again, he was sent to Auschwitz where he reunited with Roma girl Magda, with whom he had fallen in love when he was younger. They escaped the Auschwitz camp during the October 7th 1944 revolt. They moved to Ukraine, Max took the name of “Magnus” and they had a daughter named Anya. After the first manifestation of Magnus’ powers (the ability to generate and control magnetic fields) an angry mob burned down their house with the little Anya still inside. Then Magnus’ powers manifested uncontrollably killing the mob and destroying a part of the city of Vinnytsia. Magda, terrified, left him. She later gave birth to the mutant twins Quicksilver and the Scarlet Witch before she died. Wanted by the authorities and searching Magda, Magnus took the cover identity of Erik Lehnsherr and relocated to Israel where he met befriended Charles Xavier. Despite their friendship their views about the role of mutants were incompatible. The goal of “Magneto” was to protect the mutant race and to eventually dominate the human race ; his project being financed by a cache of hidden Nazi gold. Created in September 1963 (X-Men #1) by Stan Lee and Jack Kirby, Magneto’s role in comics has varied from super villain to antihero, to superhero. ♥ The legendary 1982 Marvel Graphic Novel God Loves, Man Kills by Christopher Claremont and Brent Eric Anderson.

Terminons cette sélection par le numéro 1 des super-méchants (mouahahah). Max Eisenhardt est né à la fin des années 1920 en Allemagne. Menacée par les récentes lois de Nuremberg, la famille Eisenhardt part pour la Pologne en 1939. Ses membres  y sont faits prisonniers et sont envoyés dans le Ghetto de Varsovie. Les parents et la soeur de Max sont exécutés et jetés dans la fosse commune. Certainement grâce à ses super-pouvoirs, Max en réchappe et tente de s’évader. Il est rattrapé et envoyé au camp de concentration d’Auschwitz où il retrouve Magda, dont il était tombé amoureux enfant. Ils parviennent à s’échapper du camp d’Auschwitz lors de la révolte du 7 octobre 1944. Ils s’installent en Ukraine où Max prend le nom de “Magnus”, et où ils ont une fille qu’ils nomment Anya. Après la première manifestation des super-pouvoirs de Magnus (la capacité de générer et contrôler d’immenses champs magnétiques), une foule en colère vient mettre le feu à leur maison alors que la petite Anya y dort (vous commencez à comprendre pourquoi Magneto est devenu méchant). Ce drame provoque la colère incontrôlable de Magnus qui tue la foule et rase une partie de la ville de Vinnytsia. Magda, terrifiée, le quitte. Elle donne plus tard naissance à leurs jumeaux le Vif-Argent et la Sorcière Rouge, peu avant de mourir. Poursuivi par les autorités soviétiques et à la recherche de Magda, Magnus prend la fausse identité d’Erik Lehnsherr et part en Israël où il se lie d’amitié avec Charles Xavier. En dépit de leur amitié sincère, leurs opinions sur le devenir des mutants sont incompatibles. Le but du désormais “Magneto” est de protéger la race mutante pour à long terme, dominer la race humaine ; son projet étant financé par un fond secret d’or nazi. Créé en septembre 1963 (X-Men #1) par Stan Lee et Jack Kirby, Magneto endosse alternativement le rôle de méchant, d’antihéros et de super-héros. ♥ Le légendaire album graphique de 1982, God Loves, Man Kills de Christopher Claremont et Brent Eric Anderson.

.

10 crime drama series, murders and mysteries

Previously on Scoops&Cups : have been listed sitcoms and drama series… Now comes the chronological list of the 10 crime drama series I definitely recommend you. Warning : these series are incredibly addictive… and not for the faint of heart.

Précédemment dans Scoops&Cups : ont été listées les séries comiques et dramatiques… Vient maintenant le temps des séries policières que je ne saurais que trop vous recommander. Avertissement : ces séries sont particulièrement addictives. Âmes sensibles s’abstenir.

♫  Vampire Weekend – Giving up the gun ♫

.

the_x_files#1  THE X-FILES (1993-2002)

I know… Many of you wouldn’t categorize The X-Files in the “crime drama series”. Let’s just say I’m progressive and don’t make any difference between human and extraterrestrial crimes… This first series, a Fox production, recounts the exploits of FBI Special Agents Mulder (David Duchovny) and Scully (Gillian Anderson) who investigate X-Files, these marginalized, unsolved cases involving paranormal phenomena. The real interest of this series is the coexistence of two antagonist points of view : Mulder believes in the existence of aliens and the paranormal while Scully, a skeptic, is assigned to make scientific analyses of their discoveries. This antagonism was sought by its creator Chris Carter who had the will to reverse the usual gender stereotypes, embracing conspiracy theories and spirituality. Cult show, The X-Files spawned a spin-off show, two feature films, and won several Golden Globe Awards for Best Television Series-Drama.

Je sais… Beaucoup d’entre vous ne classeraient pas X-Files dans la catégorie des séries policières. Disons simplement que je suis progressiste et que je ne fais aucune différence entre un crime commis par un humain et celui perpétré par un extraterrestre (c’est un peu mon côté hyper-tolérant). Cette première série, produite par la Fox, met en scène les exploits des agents spéciaux du FBI Mulder (David Duchovny) et Scully (Gillian Anderson) qui enquêtent sur des cas marginaux, non-résolus, des phénomènes paranormaux (les “X-Files”). Le réel intérêt de la série, au-delà de la relation entre les deux personnages principaux, est la coexistence de deux points de vues antagonistes : Mulder croit en l’existence des extraterrestres et au paranormal, quand Scully, une sceptique, tente de trouver des explications rationnelles et scientifiques à leurs découvertes. Cet antagonisme était voulu par le créateur de la série, Chris Carter, qui cherchait ainsi à renverser les stéréotypes de genre usuels, les mêlant à des théories conspirationnistes et spirituelles. Série culte, X-Files a été déclinée en spin-off, deux long-métrages, et a remporté plusieurs Golden Globes dans la catégorie Meilleure Série Dramatique.

.

csi#2  CSI : CRIME SCENE INVESTIGATION  (USA – 2000)

My analytic mind has a particular affection for drama series that gather crime and science, and for CSI in particular. This series follows an elite team of police forensic evidence investigation experts (chemists, pathologists, blood experts…) who work for the Las Vegas Police Department. Meticulous, deductive and precise, they use physical evidence to solve murders. Inspiring, the series later added spin-offs (CSI : Miami and CSI : NY) ; both Bones and Body of Proof could also be considered as CSI’s inheritances. Recognized as one of the most popular drama series by the Television Festival of Monte-Carlo three times, its worldwide audience was estimated to be over 73.8 million viewers in 2009.

Mon esprit d’analyse a une affection singulière pour les séries alliant enquêtes criminelles et investigations scientifiques, et pour Les Experts tout particulièrement. Cette série suit une équipe d’experts (chimistes, pathologistes, légistes, analystes…) qui travaillent pour le département médico-légal de la police de Las Vegas. Méticuleux, déductifs et précis, ces personnages attachants trouvent et usent les preuves physiques pour résoudre les enquêtes qui leur sont confiées. Novatrice et inspirante, cette série a ensuite été déclinée en spin-offs (Les Experts : Miami et Les Experts New York)Bones et Body of Proof peuvent également être considérées dans la lignée des Experts. Reconnue comme l’une des séries dramatiques les plus populaires et récompensée par trois fois au Festival de Télévision de Monte-Carlo, son audience mondiale a été estimée à plus de 73,8 millions de téléspectateurs en 2009.

.

24#3   24  (USA – 2001-2010)

Los Angeles. Anti-Terrorist Cell. Jack Bauer, Director of Field Ops, races against the clock to complete his mission and subvert terrorist plots… in 24 hours. Each 24-episode season covers 24 hours in the life of Bauer, using the real time method of narration. Clever and efficient, this very special agent has an “ends justify the means” approach (including torture and some negative depictions of Muslims). This series is maybe more a political thriller than a crime series. Yet its rhythm, fast, precise and suspenseful involves investigations to thwart multiple presidential assassination attempts, nuclear, biological and chemical threats, cyber attacks… At the conclusion of its eighth and final season, 24 became the longest-running espionage-themed television drama ever, surpassing Mission: Impossible.

Los Angeles. Cellule anti-terroriste. Jack Bauer, à la tête des troupes de terrains, court après le temps pour achever sa mission et déjouer des attaques terroristes… le tout en 24 heures. Chaque saison est composée de 24 épisodes, et représente 24 heures de la vie de Bauer, se basant sur une narration linéaire en “temps réel”. Intelligent et efficace, cet agent très spécial a une approche singulière type “la fin justifie les moyens” (ce qui inclut torture et présentation peu flatteuse des Musulmans). Cette série est peut-être plus un thriller politique qu’une série policière à proprement parler. Pourtant son rythme rapide, précis et haletant induit des enquêtes et des ressources policières et de renseignements afin de contrecarrer les multiples tentatives d’assassinats du Président des Etats-Unis, les menaces d’attaques nucléaires, biologiques, chimiques, ou encore de cyber attaques. A la fin de la huitième saison, 24 heures Chrono est devenue la série dramatique d’espionnage la plus longue de l’histoire de la télévision devant Mission Impossible.

.

The wire#4  THE WIRE (USA – 2002-2008)

Created and primarily written by author and former police reporter David Simon, ‘The Wire’ describes corruption and violence permeating every layer of society on the tough streets of Baltimore. Each of the five seasons focuses on a different facet of this city (the fifth, focusing on corrupted print news media is actually my favorite), avoiding repetition. Incidentally this show is maybe more a social drama than a crime drama, being more about how institutions have an effect on individuals and urban life than about criminals and the police, represented by the great Dominic West.

Créée et dans un premier temps écrite par l’auteur et ancien policier David Simon, “The Wire” donne à voir la corruption et la violence omniprésentes dans toutes les couches sociales de la ville américaine de Baltimore. Chacune des cinq saisons est l’étude des différentes facettes de la vie urbaine de Baltimore (la cinquième, consacrée à la corruption dans la presse écrite est de loin ma préférée), évitant la répétition. Souvent décrite comme une série policière, “The Wire” serait davantage un tableau social démontrant comment les institutions ont un effet sur les individus que véritablement un duel criminels-policiers, représentés par l’excellent Dominic West.

.

cold_case#5  COLD CASE  (USA – 2003-2010)

Philadelphia (Pennsylvania – USA). Homicide detective Lilly Rush (Kathryn Morris) works for the Philadelphia Police Department and is specialized in “cold cases”, these investigations that are no longer actively pursued. With her partners, she re-opens investigations involving murders committed in Philadelphia, cases as recent as a year or two old and others dating back to the 1910s. Flashback sequences to the time of the murder and witness testimony serve a bold and smart drama series that examines several issues of the past century history (racism, homophobia, sexism, abortion…).

Philadelphie (Pennsylvanie – Etats-unis). Lilly Rush (Kathryn Morris) est une inspectrice du département “Homicides” de la police de Philadelphie spécialisée dans les affaires classées (“cold cases”), ces investigations sans suite. Avec ses co-équipiers, elle réouvre des enquêtes sur des meurtres ayant eu lieu à Philadelphie, des affaires datant parfois de deux ans ou remontant aux années 1910. Des séquences en flashbacks linéaires et des témoignages croisés composent cette série policière fine et pertinente qui ose aborder des problématiques de l’histoire du siècle passé (racisme, homophobie, sexisme, avortement…).

.

dexter#6  DEXTER  (USA – 2006)

When I think about ‘Dexter’, I first think about its amazing and creative opening credits (the quite opposite of Homeland’s). Then I think about Dexter Morgan, this blood spatters expert at the Miami Metro Police department. Who turns out to be a serial killer having his own idea of justice, a “code” his father gave him to manage his “dark passenger”. To be honest, it took me some time to become a fan of this series, as suspenseful and original as it may be. Then came the incredible second, third and fourth seasons.

Quand je pense à “Dexter”, je pense d’abord à ce générique de début absolument génial (c’est-à-dire l’exact opposé de celui de “Homeland”). Puis je pense à Dexter Morgan, cet expert de la Police de Miami Metro, spécialisé dans l’analyse des tâches de sang sur les scènes de crime. Qui s’avère être un tueur en série ayant une conception de la justice singulière, un “code” que son père lui a enseigné pour parvenir à vivre avec son “sombre passager”. Pour être tout à fait honnête, il m’a fallu du temps avant d’apprécier cette série, aussi originale et addictive soit-elle. Puis vinrent les très réussies deuxième, troisième et quatrième saisons. 

.

braquo#7  BRAQUO (FRANCE – 2009-2013)

Four police officers of the SDPJ Hauts-de-Seine (Paris-France), Caplan, Morlighem, Wachevski and Delgado see their lives turned upside down when their colleague, Max, committed suicide after he was unfairly blamed in a complicated case. They then cross the “yellow line”, circumventing the law to restore the honor of their friend. When their blunders are discovered, the four police officers are suspended, downgraded or struck off the police. Later, they have the opportunity of having their positions back. Their mission : infiltrate the “Invisible” gang, ex-soldiers abandoned by their hierarchy. Created by former detective and agent of the antiterrorism intelligence services Olivier Marchal, this remarkable crime drama series narrates a sordid everyday life made of criminal cases, violence and intramural tensions with a rare precision and attention to detail. Emmy Award Best Drama Series winner in 2012, Braquo is a must see drama series.

Quatre policiers du SDPJ des Hauts-de-Seine, Caplan, Morlighem, Wachevski et Delgado voient leurs vies basculer lorsque leur collègue, Max, se suicide suite à une affaire dans laquelle il est mis en cause. Ils franchissent alors la « ligne jaune », transgressant la loi pour restaurer l’honneur de leur ami. Leurs nombreuses bavures découvertes, les quatre policiers sont suspendus, rétrogradés ou radiés de la police. Un peu plus tard, ils se voient offrir la possibilité de récupérer leurs postes. Leur mission : infiltrer le gang des Invisibles, ex-militaires abandonnés par la hiérarchie. Créée par Olivier Marchal, ancien inspecteur de police et agent des renseignements généraux section anti-terrorisme, cette remarquable série policière donne à voir le quotidien sordide des affaires criminelles, l’explosion de la violence, les tensions hiérarchiques internes avec une précision et un souci du détail rares. Braquo a remporté l’Emmy Award de la meilleure série dramatique à New-York en 2012.

.

Lie to  me#8  LIE TO ME  (USA – 2009-2011)

Contrary to the other crime drama series listed, you don’t have to watch ‘Lie to me’ episodes in a chronological order. Every single episode is a brilliant introduction to synergology (and Dr. Paul Ekman’s original work), fascinating study of speech and body language. Dr Cal Lightman is an “human lie detector” who uses his uncommon ability to help solve criminal and private investigations. Charismatic British actor Tim Roth has been chosen to be the sarcastic and misanthropist main character. Delightful.

Contrairement aux autres séries dramatiques listées ici, rien ne vous oblige à regarder les épisodes de “Lie to me” de façon chronologique. Chaque épisode est en soi une introduction à la synergologie (et au travail original du Dr Paul Ekman), étude fascinante du discours et du langage corporel. Le Dr Cal Lightman est un “détecteur de mensonges humain” qui utilise son don peu commun pour résoudre des enquêtes criminelles. Le charismatique acteur britannique Tim Roth a été choisi pour interpréter le sarcastique et misanthrope personnage principal. Un vrai régal !

.

the_following#9  THE FOLLOWING (USA – 2013)

The following tells us the story of Joe Carroll. Former literature professor fascinated by the work of Edgar Allan Poe, this brilliant, charismatic and psychotic serial killer sets up from his cell a huge network through which he communicates with other active serial killers. Activating a cult of believers following his every command, his power will grow durably. Endlessly ? If you already have read few other posts on the blog, you certainly know that I expect heroes to be exceptionally clever. Even (especially ?) when it comes to sociopaths. And I must say that so far I haven’t been disappointed by the suspenseful Following.

The Following nous raconte l’histoire de Joe Carroll. Ancien professeur de littérature fasciné par l’oeuvre d’Edgar Allan Poe, ce brillant, charismatique psychopathe / tueur en série met en place depuis sa cellule un immense réseau social numérique pour communiquer avec d’autres serial killers actifs partout aux Etats-Unis. Créant par là-même un véritable culte, adulé par des milliers de “followers”, Joe Carroll voit son pouvoir et son influence croître durablement. Jusqu’à quand…? Si vous avez déjà lu d’autres posts sur ce blog, vous avez certainement compris que j’ai une prédilection pour les héros exceptionnellement intelligents. Et ce même (surtout ?) lorsqu’il s’agit de sociopathes. Et je dois dire que jusqu’à présent The Following ne m’a pas déçue.

.

hannibal#10  HANNIBAL (USA – 2013)

My last discovery ! Released two weeks ago at the beginning of April 2013, Hannibal, as you can imagine, is based on the Thomas Harris’ character, the renowned psychiatrist / serial killer / cannibal Hannibal Lecter. If the famous Silence of the Lambs (Jonathan Demme – 1991) relates the detention and evasion of Lecter, this drama series focuses on the investigation that will bring him in prison. Intelligent, imaginative and complex, this new series presents a young criminal profiler (Hugh Dancy) haunted by his extraordinary gift of pure empathy. A gift that Hannibal (Mads Mikkelsen) will use against him. To be continued…

Ma dernière découverte “sériesque” ! Diffusée pour la première fois début avril 2013 sur NBC Hannibal est, vous l’aurez deviné, une nouvelle variation sur le thème/personnage créé par Thomas Harris, le renommé psychiatre / tueur en série / cannibale Hannibal Lecter. Si le célèbre Silence des Agneaux (Jonathan Demme – 1991) est consacré à l’incarcération puis l’évasion de Lecter, cette série se concentre sur l’enquête qui va le mener en prison. Intelligente, imaginative et complexe, Hannibal met en scène un jeune expert en sciences criminelles (Hugh Dancy), hanté par un don lui permettant d’être en empathie avec les tueurs en série qu’il étudie. Une aptitude extraordinaire et dangereuse qu’Hannibal (Mads Mikkelsen) va utiliser contre lui. Affaire à suivre donc…

.

10 wars summaries & geopolitical stakes

For many of you, History was an unloved discipline (long lessons learned off by heart… too many names, too many dates). But it’s also the memory of past events, glories and mistakes that, if they are known, can be not reiterated. Having trained History (and enjoyed it), I wanted to post a list of the most important wars of all times, and some tips to finally distinguish Korean and Vietnam Wars. NB : this post does not include civil wars (thank you for your understanding).

Pour beaucoup d’entre vous, l’Histoire était une matière scolaire relativement impopulaire (de longues leçons à apprendre par coeur… trop de noms propres, de dates). Mais elle est aussi, mère des sciences humaines, la trace passée d’évènements, gloires et erreurs dont la connaissance permettrait d’éviter la réitération. Et historienne de formation, j’ai eu l’envie de rédiger un article sur les principales guerres de l’histoire, pour vous aider à faire enfin la différence entre la guerre de Corée et la guerre du Vietnam. NB : cet article ne prend pas en compte les guerres civiles (merci de votre compréhension).

♫  Pyramid – Wolf ♫

.

peloponnesianwar#1  PELOPONNESIAN WAR (431-404 BC)

431 BC. Ancient Greece. A collection of rival city-states located on the Greek mainland on the west coast of Asia Minor and several islands of the Aegean Sea were led by the two most powerful city-states of the Ancient world : democratic Athens (a great naval power) and oligarchic Sparta (which relied on its land army). The Athenian Empire and the Spartan Alliance coexisted in peace since 445 BC and the signature of the truce named the ‘Thirty Years’ Treaty. In 443 BC, Athens allied itself to Corcyra, a colony of Corinth that was an ally of Sparta. Sparta then accused Athens of aggression and threatened war. Athens refused to back down and the war began in the spring 431 BC when Thebes, a Spartan ally, attacked Plataea, an ally of Athens. From 431 to 421 BC, Sparta, leading the Peloponnesian League, launched repeated invasions of Attica while Athens raided the coast of the Peloponnese to affirm its supremacy. In 421 BC, Athens and Sparta signed the Peace of Nicias, a truce that was undermined by a new Athens attack in 415 BC. Athens dispatched a massive expeditionary force to attack Syracuse in Sicily, a crushing defeat that marked the end of Athens maritime empire. Meanwhile Sparta received support from Persia and supported rebellions in Athens’ subject states in the Aegean Sea and Ionia. In 405 BC, the destruction of Athen’s fleet at Aegospotami ended the war. Athens surrounded in 404 BC and was reduced to a state of near-complete subjection while Sparta became established as the leading power of Ancient Greece. The Peloponnesian war weakened and impoverished all the Greek city-states making them vulnerable to a takeover by Macedonia several decades later, and marking the end of the golden age of Greece. Want more details ? Cf Thucydide, ‘History of the Peloponnesian War(a little bit more complete than Zack Snyder’s technically remarkable peplum ‘300′).

431 av JC. Grèce antique. Sur la côte ouest de l’Asie mineure, Athènes la démocrate (grande puissance navale) et Sparte l’oligarque (dont les forces militaires reposent sur son armée de terre) dominent les Cités-Etats rivales de la mer Egée. L’empire athénien et l’alliance spartiate coexistent en paix depuis 445 av JC et la signature du traité de la Paix de Trente ans. En 443 av JC, Athènes s’allie à Corcyre, une colonie de Corinthe alliée de Sparte. Sparte menace Athènes d’entrer en guerre. Mais celle-ci refuse toute concession et la guerre commence au printemps -431 quand Thèbes, alliée de Sparte, attaque Platées, cité alliée d’Athènes. De -431 à -421, Sparte mène la coalition de la Ligue du Péloponnèse et des attaques répétées pour envahir l’Attique, alors qu’Athènes s’empare de la côte du Péloponnèse pour affirmer sa suprématie. En -421 Athènes et Sparte signent la Paix de Nicias, une trêve qui prend fin avec une nouvelle attaque athénienne six ans plus tard, en -415. Athènes délègue une expédition extraordinaire pour attaquer Syracuse, en Sicile. Une manoeuvre qui se solde par un échec cuisant et marque le déclin de la flotte athénienne. Pendant ce temps-là, Sparte reçoit le soutien de la Perse et appuie les rébellions dans les cités assujetties à Athènes des régions de la mer Egée et de l’Ionie. En -405, la bataille d’Aegospotami détruit la flotte athénienne et met fin à la guerre. Athènes est forcée de se rendre l’année suivante, en -404, et est de fait réduite à un état de quasi-complète soumission, quand Sparte devient la puissance dominante de la Grèce antique. La guerre du Péloponnèse affaiblit et appauvrit considérablement toutes les cités-Etats grecques, les rendant vulnérables à l’invasion macédonienne plusieurs décennies plus tard, et marque la fin de l’âge d’or grec. Vous voulez en savoir plus ? Cf Thucydide, ‘Histoire de la Guerre du Péloponnèse’… (un petit peu plus complète que ‘300′, péplum techniquement remarquable de Zack Snyder).

.

guerredesgaules#2  GALLIC WARS (58-51 BC)

In 58 BC, the people of Gaul (modern France and Belgium) asked Rome for help against the incursions of stronger Germanic tribes from across the Rhine. This attempt to preserve stability on the borders of the Roman province of Transalpine Gaul led by the Roman proconsul Julius Caesar soon turned into a war of conquest. Former populist politician, Caesar emerged as a great military leader in a series of military campaigns and battles. From 58 to 54 BC, Caesar won the battles of Bibracte (58 BC), Vosges (58 BC), Sabis River (57 BC) and Morbihan Gulf (57 BC). Then, in 54 BC, came the Gallic Revolts. The Eburones wiped out the Roman legions then besieged the troops under legate Quintus Cicero’s command. Casear came to help and defeated the Eburones. In 52 BC, the Gauls led by Vercingetorix won the Battle of Gergovia (which occurs to be the only Gallic War battle the French actually remember). After Romans won the battles of Lutetia Parisiorum and Dijon, the Gallic Wars culminated in the decisive Battle of Alesia in 52 BC. After putting down the three major Gallic revolts, the last being led by Vercingetorix, Caesar claimed to have pacified Gaul. It resulted in the expansion of the Roman Republic over the whole of Gaul and the establishment of Julius Caesar as its sole ruler. Want more details ? Cf Julius Caesar, ‘The Gallic Wars‘ (‘Commentarii de Bello Gallico‘)… (a little bit more accurate than the still brilliant Adventures of Asterix).
.
En 58 avant JC, le peuple de Gaule (France et Belgique actuelles) demande à Rome son aide pour résister aux incursions des troupes germaniques sur les rives du Rhin. L’intervention romaine pour préserver la stabilité des frontières de l’Empire en Gaule transalpine se transforme rapidement, sous le commandement du proconsul Jules César, en guerre de conquête. Ancien politicien populiste, César se révèle tacticien et chef de guerre de génie. De -58 à -54, César remporte plusieurs campagnes et batailles, dont celles de Bibractes (-58), des Vosges (-58), de la Sambre (-57) et du Golfe du Morbihan (-57). Cette avancée territoriale ne rencontre d’obstacle qu’en -54, quand commencent les révoltes gauloises. Les Eburons (tribu gauloise du nord-est, actuelle Belgique) repoussent puis assiègent les légions romaines commandées par le légat Quintus Cicero. Alerté, César vient en aide à Cicero et défait les Eburons. En -52 les Gaulois menés par Vercingétorix remportent la bataille de Gergovie (qui demeure bizarrement l’unique bataille de la guerre des Gaules dont les Français se souviennent). Cette même année, après les victoires romaines sur les villes de Lutèce (Paris actuel) et de Dijon vient la décisive bataille d’Alésia. César et ses légions écrasent les trois plus importantes insurrections gauloises, dont la dernière est menée par Vercingétorix, avant que le chef militaire n’affirme avoir pacifié la Gaule. En résulte l’expansion de la République romaine à travers toute la Gaule et la consécration de Jules César comme son seul Chef d’Etat. Vous voulez en savoir plus ? cf Jules César, ‘La Guerre des Gaules‘ (‘Commentarii de Bello Gallico’)… (un tout petit peu plus exact que les (géniales) Aventures d’Astérix)
.
.

joan_of_arc_Ingres#3  HUNDRED YEARS’ WAR  (1337-1453)

First thing you should know : the Hundred Years’ war actually lasted… 116 years (I know, that’s quite a surprise, take a minute if you need to). It opposed from 1337 to 1453 the Kingdom of England to the Kingdom of France for control of the French throne. At the times, the European royal families used to seal their alliances marrying their children, ensuring peace via their descendants. But this tradition had its limits and also could turn out to be the cause of wars. For instance some of the multiple causes of this long conflict centered on the relationship between the English and French royal families regarding the duchy of Aquitaine (Southwestern France). The Treaty of Paris (1259) designated that Henry III (1216-1270) held the said duchy as a fief of the French King, which obliged the King of England to be in turn a vassal of the King of France paying homage to him. Few decades after, in 1328, Charles IV King of France died without a male heir (the French Salic Law disqualified female succession and the succession of males descended through female lines). His nephew, Edward III King of England held claim to the throne. But the other claimant, Charles IV’s cousin, Philip VI of Valois (take another minute if necessary… on demand I can send you a family tree to make it clearer), gained the throne and moved to confiscate the duchy of Aquitaine in order to consolidate his power. Edward III led a raid into French territory in 1338 to defend his claim and declared himself the true King of France in 1340. The English first won many victories including the decisive battles of Crécy, Poitiers and Agincourt, thanks to their maritime supremacy and the new method of warfare (combining forces of longbowmen and dismounted men-at-arms) they employed. In 1429 the French eventually gained the upper hand at the siege of Orleans. Joan of Arc led a relief force which defeated the English. The conflict lasted 25 more years, until the final French victory and the English retreat from all of France except Calais. Want more details ? Cf Anne Curry, ‘The Hundred Years War 1337-1453′ (Oxford : Osprey Publishing)… (a little bit more violent than Luc Besson’s Joan of Arc #truestory).

Bon alors première chose : la guerre de Cent ans a duré… 116 ans (je sais, c’est assez surprenant, prenez une minute). Le conflit oppose de 1337 et 1453 le Royaume d’Angleterre et le Royaume de France, pour le contrôle du trône de France. A cette époque, les familles royales européennes scellent leurs alliances en mariant leurs enfants, et par leur descendance assurent la paix. Mais cette tradition est imparfaite et peut s’avérer être la cause de conflits et tensions diplomatiques. Ainsi une des multiples causes de cette longue guerre est la gouvernance du duché d’Aquitaine que se disputent les familles royales française et anglaise, qui ont scellé leurs accords passés par le Traité de Paris. Ce traité signé en 1259 désigne Henri III d’Angleterre (1216-1270) pour la gouvernance du dit duché d’Aquitaine, fief du roi de France. En d’autres termes, le texte transforme le roi d’Angleterre en vassal du royaume de France qui se doit de rendre hommage à son souverain. Quelques décennies plus tard, en 1328, le roi de France Charles IV meurt sans héritier mâle (la loi salique empêche les femmes, ou successeurs mâles descendant de lignes héréditaires féminines, d’accéder au trône). Le neveu de Charles IV, Edward III d’Angleterre, se réclame de sa succession. Mais un autre réclamant, Philippe VI de Valois, cousin de Charles IV (prenez une autre minute… sur demande je vous enverrai un joli arbre généalogique pour rendre ça plus clair), s’empare du trône de France et confisque le duché d’Aquitaine pour consolider sa prise de pouvoir. Edward III décide alors de lancer ses armées en terre française, en 1338, pour défendre le duché qui lui revient de droit. Vainqueur, il se déclare “vrai” roi de France en 1340. Par leur suprématie maritime et de nouvelles méthodes de combats (mêlant archers et combattants), les Anglais remportent de nombreuses batailles dont celles de Crécy, Poitiers et Agincourt. En 1429 les Français regagnent finalement les terres perdues et assiègent la ville d’Orléans. Jeanne d’Arc y mène une armée extérieure qui défait les Anglais. Le conflit dure plus de 25 ans, et n’est conclu que par la victoire française finale et la retraite des Anglais hors de France (à l’exception de Calais). Vous voulez en savoir plus ? Cf Jean Favier, ‘La guerre de Cent Ans (Fayard, Paris, 1980)… (juste un tout petit peu plus violent que le ‘Jeanne d’Arc‘ de Luc Besson #truestory).

.

crimean_war#4  CRIMEAN WAR  (1853-1856)

The Crimean War was part of a long-running contest between major European powers for influence over territories of the declining Ottoman Empire, and mostly took place on the Crimean peninsula. In 1853, the Russian Empire demanded to exercise protection over the Orthodox subjects of the Ottoman sultan, while French Empire disputed the privileges of the Russian Orthodox and Roman Catholic churches in the holy places in Palestine. On October 1853, the Ottoman Empire, supported by Britain, declared war on Russia who occupied the Danubian principalities (modern Romania). The Russian Empire counterattacked, and its Black Sea fleet destroyed a Turkish squadron at Sinope. British and France declared war on Russia on March 1854, sending their fleets to the Black Sea. To avoid having Austria also enter the war, Russia eventually evacuated the Danubian principalities. The allies landed troops in Russian Crimea in September 1854 and besieged Russian in Sevastopol. The Kingdom of Sardinia-Piedmont entered the war on January 1855 sending 10,000 troops. Finally on September 11, 1855, three days after a successful French assault on Malakhov, the Russians blew up the forts and evacuated Sevastopol. Austria threatened to join the allies, forcing Russia to accept preliminary peace terms on February 1856. The final settlement, the Treaty of Paris, was signed on March 30, 1856. It guaranteed the integrity of Ottoman Turkey, the neutralization of the Black Sea (the Danube River was opened to the shipping of all nations). A further result of the war was that Austria, having sided with Great Britain and France, lost the support of Russia, which led to Austrian defeats in 1859 and 1866 that, in turn, led to the unification of Italy and Germany. Want more details ? Cf Bridge and Bullen, ‘The Great Powers and the European States System 1814-1914‘ (Pearson Education, London).

La Guerre de Crimée est partie intégrante d’un long conflit entre les puissances européennes et l’Empire ottoman, dont les batailles ont eu principalement lieu sur la péninsule criméenne. En 1853 l’Empire russe exerce sa protection sur les sujets orthodoxes du sultan ottoman, tandis que l’Empire français dispute les privilèges des églises russes orthodoxes et catholiques romaines dans les saints lieux de Palestine. En octobre 1853, l’Empire ottoman soutenu par la Grande-Bretagne déclare la guerre à la Russie qui occupe les principautés du Danube (Roumanie moderne). L’Empire russe contre-attaque, et sa flotte basée dans la Mer Noire est détruite par un escadron turc à Sinople. Anglais et Français déclarent la guerre à la Russie en mars 1854, envoyant leurs flottes dans la Mer Noire. Afin d’éviter l’entrée en guerre de l’Empire austro-hongrois, la Russie se retire des principautés du Danube. Les alliés lancent alors leurs troupes en Crimée russe en septembre 1854 et assiègent la ville de Sebastopol. Le Royaume de Piémont-Sardaigne entre à son tour en guerre en janvier 1855, et envoie au combat 10,000 soldats. Finalement, le 11 septembre 1855, trois jours après le victorieux assaut français sur Malakoff, les Russes évacuent Sebastopol. La menace austro-hongroise de rejoindre les forces alliées oblige la Russie d’accepter les termes d’une paix préliminaire en février 1856. L’accord final, le Traité de Paris, est signé en mars 1856 (encore une fois dans la nébuleuse du château de Versailles, point essentiel si l’on veut comprendre les conflits du siècle suivant). Il garantit l’intégrité de la Turquie ottomane, la neutralisation de la Mer Noire (la rivière du Danube s’ouvre aux navires de toutes nations). Conséquence tardive de la Guerre de Crimée, l’Autriche, qui a soutenu la Grande-Bretagne et la France durant le conflit, perd le soutien de la Russie, ce qui entraîne en 1859 et 1866 une série de défaites qui mène à l’unification de l’Italie et de l’Allemagne. Vous voulez en savoir plus ?  Cf Serge Berstein et Pierre Milza, ‘Histoire du xixe siècle‘ (Hatier, Paris, 1996).

 

world_war_1#5  WORLD WAR I  (1914-1918)

How to summarize a global war ? So many stakes, so little words… Let’s try this way : the so-called Great War was one of the long-term consequences of the foreign policies of the great powers of Europe (and former conflicts and treaties cf the Treaty of Paris – 1855). But what triggered more immediately the war was the assassination of Archduke Frank Ferdinand of Austria by a Yugoslav nationalist on June 28, 1914, in Sarajevo, which led an Austrian ultimatum to the Kingdom of Serbia. Several alliances formed over the previous decades were invoked : the Allies (United Kingdom, France and Russia) and the Central Powers (Germany, Austria-Hungary and originally Italy). Within weeks, the major European powers were at war. And via their colonies, the conflict soon spread around the world. Japan, Italy and the United States joined the Allies respectively in 1914, 1915 and 1917, and the Ottoman Empire and Bulgaria joined the Central Powers in 1914. July-August 1914 consisted in a series of bold attacks and rapid troop movements on both fronts. In the west, Germany attacked first Belgium and then France. Following the Battle of the Marne (Sept. 5-9, 1914) the western front became entrenched in central France. In the east, Russia attacked both Germany and Austria-Hungary. In the south, Austria-Hungary attacked Serbia. The Allies counterattacked launching a failed attack on the Dardanelles and invading the Gallipoli Peninsula, while Britain conducted a separate campaign against the Turks in Mesopotamia. From 1916 to 1917, the war was dominated by continued trench warfare in both the east and the west. Though millions of soldiers died in brutal conditions, neither side had any substantive success or gained any advantage. But too seminal developments occurred in 1917. In April the United States declared war on Germany after a series of attacks upon its ships in the Atlantic. In November, the Bolshevik Revolution forced Russia to pull out of the war. After months of new offensives and failed efforts, both Germany and Austria-Hungary eventually began to lose control. The war ended in the late fall of 1918. The members countries of the Central Powers signed armistice agreement one by one. Germany was the last, signing the Treaty of Versailles on November 11,1918. Austria-Hungary was broken into several smaller countries. Germany was considered as entirely to blame for the war ; was punished with hefty economic reparations, territorial losses and strict limits on its rights to develop militarily. Ending a war within which more than 9 millions of combatants were killed (largely because of technological advancements and modern weapons), the Treaty of Versailles also planted the seeds of World War II rather than foster peace, causing humiliation and resentment. Want more details ? Cf Hammerton, Sir John Alexander ‘(1914-19), Great War:The Standard History of the All-Europe Conflict‘ (The Amalgamated Press, London)… (for the record, the ‘Standard History’ has been published in 13 volumes… good luck !).

Comment résumer un conflit mondial ? Tant d’enjeux, si peu de mots… Essayons ainsi : la dénommée Grande Guerre est une des conséquences à long terme des politiques extérieures des grandes puissances européennes (et des résolutions des conflits cf Traité de Paris – 1855). Mais ce qui provoque de façon plus immédiate l’entrée en guerre est l’assassinat de l’archiduc François-Ferdinand d’Autriche par un nationaliste yougoslave le 28 juin 1914 à Sarajevo, qui entraîne un ultimatum lancé au royaume de Serbie par le gouvernement autrichien. Plusieurs alliances formées durant les décennies précédentes dessinent la répartition des forces armées : d’un côté la Triple Entente (Royaume-Uni, France et Russie), de l’autre la Triple Alliance (Allemagne, Austro-Hongrie et Italie dans un premier temps). En quelques semaines, les plus grandes puissances européennes sont engagées dans la guerre. Et via leurs colonies, le conflit se propage à l’échelle mondiale. Le Japon, l’Italie puis les Etats-Unis se joignent à la Triple Entente respectivement en 1914, 1915 et 1917, quand l’Empire Ottoman et la Bulgarie rejoignent la Triple Alliance en 1914. Les mois de juillet et août 1914 se composent d’une série d’attaques audacieuses, et de déplacements rapides des troupes des deux fronts. A l’Ouest, l’Allemagne attaque d’abord la Belgique, puis la France. Suite à la bataille de la Marne (5-9 septembre 1914), le front ouest se retranche dans le centre de la France. A l’Est, la Russie attaque l’Allemagne et l’Autriche-Hongrie. Au Sud, l’Autriche-Hongrie attaque la Serbie. La Triple-Entente contre-attaque en menant l’offensive sur les Dardanelles et en envahissant la péninsule de Gallipoli, tandis que le Royaume-Uni conduit une campagne détachée contre les Turcs en Mésopotamie. De 1916 à 1917, la guerre est dominée par des combats de tranchées à l’est et l’ouest. Malgré de lourdes pertes humaines également réparties, aucun des deux camps ne marque le moindre gain territorial ou succès conséquent. C’est alors que deux évènements majeurs et fondamentaux se produisent, en 1917. En avril, après une série d’attaques contre sa flotte dans l’Atlantique, les Etats-Unis déclarent la guerre à l’Allemagne. Et en novembre, la révolution bolchévique force la Russie à se retirer du conflit. Après des mois de nouvelles offensives et efforts vains, l’Allemagne et l’Autriche-Hongrie commencent à perdre le contrôle des territoires conquis, écrasées notamment par la puissance militaire états-unienne. La guerre se termine à la fin de l’automne 1918. Les pays membres de la Triple Alliance signent l’armistice les uns après les autres. L’Allemagne est la dernière à se rendre et signe le 11 novembre 1918 le Traité de Versailles (encore un traité de paix signé dans la nébuleuse du château de Versailles… 1 point pour ceux qui s’en étaient rendu compte). L’Autriche-Hongrie est divisée en plusieurs petits pays. L’Allemagne est considérée comme seule responsable de ce premier conflit mondial ; et est de ce fait “punie” par de lourdes réparations économiques, pertes de territoires et une stricte limitation de ses droits à développer son industrie militaire et d’armement. Concluant une guerre qui fit plus de 9 millions de victimes militaires (cela s’explique par les avancées technologiques et les armes modernes désormais usitées), le Traité de Versailles, au lieu d’assurer la pérennité de la paix, pose les jalons d’une guerre future, en faisant naître l’humiliation et la rancoeur. Vous voulez en savoir plus ? Cf Serge Berstein et Pierre Milza, ‘Histoire du xxe siècle‘ (Hatier, Paris, 1996), ou cf Sir John Alexander ‘(1914-19), Great War:The Standard History of the All-Europe Conflict’ (The Amalgamated Press, London)… (bon, cette historiographie de la Première Guerre Mondiale comprend 13 volumes… Bonne chance !).

. 

children_auschwitz#6  WORLD WAR II  (1939-1945)

Again, seems impossible to summarize the Second World War in few words, but will do my best. Everything began in 1918 and the signature of the Treaty of Versailles. The humiliation of Germany and the 1929 Great Depression led to the rise of the Nazi party and the election of Adolf Hitler as Chancellor of Germany in 1933. Hitler, whose political policy was known since the publication of Mein Kampf in 1925 (1,5 million copies sold in 1935), abolished democracy by proclaiming the Third Reich, espousing a radical, racially  motivated revision of the world order, and soon began a massive rearmament campaign. In 1935, he repudiated the Treaty of Versailles. In 1936, the Nuremberg Laws ratified the official ideology incorporating antisemitism as a form of scientific racism, and a new form of legislation to preserve the “purity of German blood”. Henceforth Jews were separated from the rest of the citizens. In 1939, to restore German greatness, Hitler started an aggressive war of conquest. In September 1939 Germany invaded Poland. Britain and France responded by declaring war on Germany. In 1940, Germany launched its next initiative by attacking Denmark and Norway, followed by attacks on Belgium, the Netherlands and France that capitulated rapidly. In the summer of 1940, Germany launched a further attack on Britain, exclusively from the air. The Battle of Britain was Germany’s first military failure as the Luftwaffe was never able to overcome Britain’s Royal Air Force. Meanwhile Italy, an ally of Germany led by Mussolini, expanded the war further by invading Greece and North Africa. Another failure which forced Germany to help Italy in early 1941. On December 1941 Japan, another ally of Germany, launched a surprise attack on the U.S. Navy base at Pearl Harbor, Hawaï. This attack provoked the immediate declaration of war by the United States on Japan and Germany. Followed a series of naval battles, climaxing in the Battle of Midway on June 3-6, 1942 in which Japan was defeated, and in the Allies invasion on the island of Guadalcanal. Meanwhile, Germany began its most ambitious action yet : the invasion of the Soviet Union, which would prove to be the downfall of Germany’s war effort. The country was too big, winters too brutal, the nation’s strength and determination too strong. In 1943, after the battles of Stalingrad and Kursk, Germany was forced into a full-scale retreat. In June 1944, British and American forces launched the D-Day invasion, landing in German-occupied France via the coast of Normandy. Thus, by early 1945, Allied forces were closing in on Germany from both east (British, American forces and French resistance) and west (Soviet Union). Germany surrendered on May 8, 1945, few days after the suicide of Adolf Hitler. Japan surrendered on August 15, 1945, after the United States dropped two atomic bombs on the cities of Hiroshima and Nagasaki (August 6 and 9, 1945). And beyond the battlefields was the Holocaust, the mass murder or genocide of approximately six millions Jews, millions of Romani, political opponents and people with disabilities, a program of systematic state-sponsored murder by Nazi Germany throughout German-occupied territory. The discovery of the extermination camps in 1945 shocked and moved the international community and led to a denazification program in Germany and the prosecution of Nazi war criminals. In an effort to maintain peace, the Allies formed the United Nations in October 1945, and adopted the Universal Declaration of Human Rights in 1948. Germany had been de facto divided, and two independent states, Federal Republic of Germany and German Democratic Republic were created within the borders of Allied and Soviet occupation zones, accordingly. The rest of Europe was also divided onto Western and Soviet spheres of influence. Which leads us to our next point : the Cold War. Want more details ? Cf Michael Armitage, John Stanier, Terry Charman, ‘World War II Day by Day‘ (DK Publishing, University of Michigan) and Primo Levi, ‘If This is a Man (or have a look at this previous post).

Encore une fois, il paraît impossible de résumer la Seconde Guerre Mondiale en quelques mots, mais je vais faire de mon mieux (mieux que “Hitler était un bad guy, les Nazis étaient des méchants et le Bien a triomphé”). Tout commence en 1918 et la signature du Traité de Versailles. L’humiliation de l’Allemagne et la grande dépression économique de 1929 servent l’ascension du parti nazi et l’élection d’Adolf Hitler comme Chancelier de l’Allemagne en 1933. Hitler, dont le programme politique est connu depuis la publication de Mein Kampf en 1925 (1,5 millions d’exemplaires vendus en 1935), abolit le système démocratique, proclame le début du Troisième Reich et embrasse une révision radicale et raciale de l’ordre mondial avant que de lancer une gigantesque campagne de réarmement. En 1935 il rejette le Traité de Versailles. En 1936 les lois de Nuremberg ratifient l’idéologie officielle établissant l’antisémitisme comme une forme de racisme scientifique, et une nouvelle législation pour préserver la “pureté du sang allemand”. Par là-même les Juifs allemands sont séparés du reste de la population. En 1939, afin de restaurer la grandeur de l’Allemagne, Hitler commence une agressive guerre de conquête. En septembre 1939 l’Allemagne envahit la Pologne. Le Royaume-Uni et la France déclarent la guerre à l’Allemagne. En 1940 l’Allemagne attaque le Danemark et la Norvège, avant d’envahir la Belgique, les Pays-Bas et la France qui capitule rapidement (s’ensuit le régime de Vichy et la division de la France en une partie “occupée” et une partie “libre”). A l’été 1940, l’Allemagne étend son action belligérante à la Grande-Bretagne, exclusivement par les airs. La Bataille d’Angleterre est le premier échec que subit l’armée allemande dont les Luftwaffe ne parviennent pas à défaire la Royal Air Force. Dans le même temps l’Italie, allié de l’Allemagne dirigé par Mussolini, tente d’envahir la Grèce et l’Afrique du Nord. Un nouvel échec qui force l’Allemagne à venir en aide à l’Italie en 1941. En décembre 1941 le Japon, autre allié de l’Allemagne nazie, attaque par surprise la base navale américaine de Pearl Harbor, à Hawaï. Cette manoeuvre provoque l’immédiate déclaration de guerre des Etats-Unis au Japon et à l’Allemagne. S’ensuivent plusieurs batailles navales, dont la plus importante, la bataille de Midway (3-6 juin 1942) permet la mise à mal du Japon et l’invasion états-unienne de l’île de Guadalcanal. C’est alors que l’Allemagne engage son action militaire la plus ambitieuse : l’invasion de l’Union soviétique, qui s’avère être le début de la chute du Troisième Reich. Les terres soviétiques sont trop vastes, les hivers trop rudes, la force et la détermination nationales trop fortes. En 1943, après les batailles de Stalingrad et de Kursk, l’Allemagne est forcée de battre en retraite. En juin 1944, les forces britanniques et états-uniennes débarquent en Normandie, en France occupée. Ainsi au début de l’année 1945 l’Allemagne est-elle prise en étau entre les Alliés à l’Ouest (Royaume-Uni, Etats-Unis et résistance française) et l’Union soviétique à l’Est. L’Allemagne s’avoue vaincue le 8 mai 1945, quelques jours après le suicide d’Adolf Hitler. Le Japon se rend quelques mois plus tard, en août 1945, après le bombardement américain des villes de Hiroshima et Nagasaki les 6 et 9 août 1945. Mais au-delà des champs de bataille la Seconde Guerre mondiale est également le temps de l’Holocauste, ce massacre de masse ou génocide de près de 6 millions de Juifs, de millions de Roms, opposants politiques et handicapés. La découverte des camps d’extermination en 1945 choque et émeut la communauté internationale et est rapidement lancé un programme de “dénazification” de l’Allemagne et la poursuite judiciaire des anciens chefs nazis et criminels de guerre. Dans un souci de maintenir la paix, les Alliés créent l’Organisation des Nations Unies (ONU) en octobre 1945, et adoptent la Déclaration universelle des Droits de l’Homme en 1948. L’Allemagne est de facto divisée, et deux Etats indépendants, la République Fédérale d’Allemagne (RFA) et la République Démocratique d’Allemagne (RDA) sont créés au sein des zones d’occupation des Alliés et de l’Union soviétique. Le reste de l’Europe est également divisé entre deux sphères d’influence, Est et Ouest. Ce qui nous amène à notre prochain point : la Guerre froide. Vous voulez en savoir plus ? Cf Serge Berstein et Pierre Milza, ‘Histoire du xxe siècle’ (Hatier, Paris, 1996) et ‘Si c’est un homme‘ de Primo Levi… (ou jetez un oeil à cet ancien article)

.

building_Berlin_wall#7  COLD WAR  (1947-1991)

Always loved the study of this particular and such complex period and decided soon to get specialized in media analyze focusing on the Cold War (nobody’s perfect). Because the Cold War wasn’t a proper “direct” war but a sustained state of political and military tensions between the two winners of the Second World War : the United States and the Soviet Union (USSR). The opposition was both social, ideological and economic. To simplify, the United States chose the liberal ideology and contrary to the Soviet Union who believed in the principle of Equality, didn’t force its allies to join its bloc but seduced them, persuaded them, notably via the Truman “doctrine” aka the “containment strategy”. To stop the expansion of communism through Europe, Truman outlined in 1947 the Marshall Plan, which set aside more than $10 billion for the rebuilding and reindustrialization of battered Western Europe, and formed the World Bank and IMF. Defiant, Staline followed through on his plan to create a buffer between the Soviet Union and Germany by setting up pro-Communist governments in Eastern European countries. Thus the so-called ‘iron curtain’ divided East from West in Europe. Slowly, two blocs emerged : the Western Bloc influenced by the United States with North Atlantic Treaty Organization (NATO-1949), and the Eastern Bloc, dominated by the Soviet Union along with the Warsaw Pact (1955). Each power possessing nuclear weapons and thereby threatened with mutual assured destruction, the crisis and conflicts during the Cold War were indirect. Although each bloc supported and financed conflicts, coalitions, strategic conventional force deployments, espionage, massive propaganda campaigns, conventional and nuclear arms races, and appealed to neutral nations from 1947 to 1991. Among the tensest times : the Berlin Blockade (1948-49), the Korean War (1950-53), the Suez Crisis (1956), the Berlin Crisis of 1961, the Cuban Missile Crisis (1962), the Vietnam War (1959-75), the Yom Kippur War (1973), the Soviet war in Afghanistan (1979-89), and the “Able Archer” NATO military exercises (1983). In the 1980s, the United States increased diplomatic, military, scientific (the ‘Stars War’) and economic pressures on the Soviet Union, who suffered from economic stagnation. After his election in March 1985, the new Soviet President Mikhail Gorbachev introduced the liberalizing reforms of perestroika (“reorganization”) and glasnost (“openness” in opposition to the tradition of state secrecy). Pressures for national independence grew stronger in Eastern Europe. After Gorbachev refused to use Soviet troops to support the faltering government of East Germany in late 1989. Within weeks all the satellite states broke free from Moscow in a relatively peaceful wave of revolutions. The USSR was formally dissolved on December 25, 1991. Thus the United States won the Cold War and remained as the world’s only superpower. If you really want to learn more about the Cold War, I can send you a complete bibliography (be careful what you wish for…).

J’ai toujours adoré l’étude de cette période si particulière et si complexe, et ai très tôt décidé de me spécialiser dans l’analyse des médias en me concentrant sur la Guerre froide (personne n’est parfait). Parce que la Guerre froide n’est pas un conflit “direct” mais un état prolongé de tensions politiques et militaires entre les deux grands “vainqueurs” de la Seconde Guerre mondiale : les Etats-Unis et l’Union soviétique (URSS). L’opposition est tout à la fois sociale, idéologique et économique. Pour schématiser, les Etats-Unis ont pour idéologie le libéralisme et son corollaire économique le capitalisme quand l’Union soviétique érige le seul principe d’Egalité. Contrairement à l’URSS, les Etats-Unis ne forcent pas ses alliés à rejoindre leur “bloc” mais les séduisent, les persuadent, notamment via la doctrine Truman ou la politique du “containment” (“endiguement” du communisme). Pour prévenir l’expansion du communisme à travers l’Europe, Truman propose en 1947 le plan Marshall, une aide financière de plus de 10 milliards de dollars offerte aux pays d’Europe de l’ouest sortis exsangues du conflit mondial. A la même époque sont créés la Banque mondiale et le Fond Monétaire International (FMI). Méfiant, Staline décide de créer une “zone tampon” entre l’Union Soviétique et l’Allemagne de l’Ouest en mettant en place des gouvernements communistes dans les pays d’Europe de l’Est. Ainsi s’abat sur l’Europe le fameux “rideau de fer” qui la divise d’est en ouest. Progressivement émergent deux blocs : le bloc Ouest influencé par les Etats-Unis et régi par l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN – 1949), et le bloc Est dominé par l’Union Soviétique et régi par le Pacte de Varsovie (1955). Chacune des deux puissances dominantes possède l’arme nucléaire et la bombe H. Aussi la menace d’une destruction du monde totale ou partielle devient une réalité diplomatique qui sous-tend chaque action politique, et de fait les crises et conflits durant la Guerre froide sont indirects. Pour autant chaque bloc soutient et finance des conflits, coalitions, coups d’Etat, déploiements militaires, espionnage, campagnes propagandistes, essais nucléaires et tentent d’attirer les nations neutres dans le conflit de 1947 à 1991. Parmi les “crises” les plus importantes : le blocus de Berlin (1948-49), la guerre de Corée (1950-53), la crise de Suez (1956), la crise de Berlin de 1961, la crise de Cuba (1962), la guerre du Vietnam (1959-75), la guerre du Yom Kippour (1973), la guerre d’Afghanistan (1979-89), et l’opération “Able Archer” – exercices militaires de l’OTAN (1983). Dans les années 1980, les pressions états-uniennes diplomatiques, militaires, scientifiques (la “Guerre des Etoiles” menée par Ronald Reagan) et économiques essoufflent l’Union Soviétique dont l’économie stagne. Après son élection en mars 1985, le nouveau président soviétique Mikhail Gorbachev tente de libéraliser l’économie et la société soviétique avec deux réformes majeures : la perestroika (“réorganisation”) et la glasnost (“transparence” en opposition à la tradition du secret soviétique). La montée des revendications d’indépendance en Europe de l’Est s’intensifie. Gorbachev refuse d’user de la force pour maintenir le gouvernement de RDA à la fin de l’année 1989 ; le mur de Berlin tombe. Et en quelques semaines tous les pays satellites de l’URSS se libèrent de la domination moscovite au fil de révolutions relativement pacifiques. L’URSS est officiellement dissolue le 25 décembre 1991. Les Etats-Unis, vainqueurs de la Guerre froide, demeurent ainsi la seule super-puissance mondiale. Si vous voulez vraiment en savoir plus, laissez-moi un petit commentaire avec votre adresse email et je vous enverrai une bibliographie complète (prenez garde, je tiendrai parole).

.

korean_war_girl&baby#8  KOREAN WAR  (1950-1953)

At the end of the Second World War, Allies agreed on the division of Korea, belonging to defeated Empire of Japan. In September 1945 American administrators divided the peninsula along the 38th parallel. The U.S. military forces occupied the southern half and the Soviet military forces the northern half. The failure to organize free elections throughout the Korean Peninsula in 1948 deepened the division between the two sides. In the Cold War contest, the North established a communist government while the South made the choice of liberal democracy. The proper conflict began in 1950 when the North Korean Communist army crossed the 38th parallel and invaded non-communist South Korea. Led by Kim II and armed with Soviet tanks, they quickly overran South Korea. The United States officially intervened as part of a police action run by an United Nations international peace-keeping force, to support South Korea but also to prevent communism extension. Commanded by General Douglas MacArthur, US, UN and South Korean forces rapidly recaptured the South Korea. But MacArthur wasn’t satisfied and decided to cross the 38th parallel and to pursue the North Korean army, which forced the intervention of People’s Republic of China. Materially aided by Soviet Union, the Chinese secretly sent an army across the Yalu River and attacked the US/UN/South Korean forces. President Truman, who hoped to end the war quickly, relieved WWII hero MacArthur of command (which occurred to be an extremely impopular political move). Ridgway took MacArthur’s command and held off the North Korean and Chinese forces with fortifications and entrenchments just north of the 38th parallel. After long peace negotiations and several attempts of intimidation, the fighting ended on July 27, 1953 with the signature of the armistice that restored the border between the Koreas near the 38th parallel. It also determined the Korean Demilitarized Zone, a 2.5-mile-wide fortified buffer zone between the two Korean nations. Want more details ? Cf Robert Leckie, ‘The Korean War (Conflict)‘.

A la fin de la Seconde Guerre mondiale, les Alliés s’accordent sur la division de la Corée, appartenant au Japon vaincu. En septembre 1945 les administrateurs américains divisent la péninsule le long du 38ème parallèle. L’armée états-unienne occupe la moitié sud du pays, les forces soviétiques la moitié nord. L’échec de l’organisation d’élections libre dans la péninsule coréenne en 1948 divise un peu plus encore les deux moitiés du pays. Dans le contexte de la Guerre froide, le nord établit un régime communiste quand le sud fait le choix de la démocratie libérale. Le conflit militaire commence en 1950 quand l’armée nord-coréenne traverse le 38e parallèle et envahit la Corée du Sud. Commandée par Kim II et armée par l’Union soviétique, l’armée nord-coréenne domine bientôt la Corée du Sud. Les Etats-Unis interviennent alors officiellement comme délégués des Nations Unies dans un but de maintenir la paix en soutenant la Corée du Sud, et dans le but tout aussi évident d’empêcher que la Corée ne soit réunifiée sous le joug du communisme. Sous le commandement du général Douglas MacArthur, les troupes des Etats-Unis, de l’ONU et de la Corée du Sud parviennent à regagner la Corée du Sud rapidement. Mais MacArthur ne se satisfait pas de cette victoire et poursuit l’armée nord-coréenne au-delà du 38e parallèle. Ce qui provoque l’intervention de la République populaire de Chine. Aidée matériellement par l’Union soviétique, les Chinois envoient en secret leur armée traverser la rivière Yalu et attaquent les forces ennemies. Le président américain Truman, qui espère retirer ses troupes le plus vite possible, relève MacActhur de ses fonctions (ce geste est particulièrement impopulaire aux yeux de l’opinion publique états-unienne pour qui MacAthur est un héros de guerre). Ridgway remplace MacArthur et commande les forces alliées pour repousser les armées chinoise et nord-coréenne au-delà du 38e parallèle, édifiant des fortifications et creusant des tranchées. Après de longues négociations de paix et plusieurs tentatives d’intimidation, les combats prennent fin le 27 juillet 1953 par la signature d’un armistice qui restaure la frontière entre les deux Corées le long du 38e parallèle. Est également déterminée une zone démilitarisée de 4 kilomètres fortifiée, zone tampon entre les deux nations coréennes. Vous voulez en savoir plus ? Cf Robert Leckie, ‘La guerre de Corée (Conflict), (Robert Laffont, Paris, 1962).

.

Vietnam_US_soldiers#9  VIETNAM WAR  (1955-1975)

Another Cold War-era military conflict, that took place in Vietnam, Laos and Cambodia from November 1955 to April 1975. After centuries of domination by imperial and colonial  powers (first China, then France in the late 1800s that established French Indochina), nationalist movements emerged in Vietnam. Resisting to Japanese invasion during WWII, the most prominent nationalist movement, the Viet Minh, declared Vietnam to be an independent country in 1945. A declaration that led to the First Indochina war (1946-1954) and then to the Geneva Accords of 1954 that declared a cease-fire and divided Vietnam along the 17th parallel into North Vietnam (communist half led by Ho Chi Minh) and South Vietnam (that remained under French influence – led soon by the anti-communist politician Ngo Dinh Diem). From 1955, a lightly armed South Vietnamese communist liberal Front, the Viet Cong, fought a guerrilla war against anti-communist forces in the region. Then the North Vietnam People’s Army, supported by both USSR and China, engaged in a more conventional war against South Vietnam, which quickly received the support of the U.S. forces (mostly ground forces, artillery and airstrikes). While the North Vietnamese government and Viet Cong’s will was to reunify Vietnam under communist rule, the U.S. government viewed involvement in the war as -again- a way to prevent a communist takeover of South Asia ; an involvement that escalated in the early 1960s, with troop levels tripling in 1961 and tripling again in 1962. The combats units were deployed in South Vietnam in 1965, but were soon confronted to the determination of the Viet Cong Army and sank into a fight that couldn’t win. In 1970, ignoring the increasing antiwar movement, US President Richard Nixon, who promised to withdraw U.S. troops gradually, illegally expanded the geographic scope of the war by authorizing the bombing of Viet Cong sites in the neutral nations of Cambodia and Laos without the consent of the U.S. Congress. This political move caused an enormous scandal in the United States and forced Nixon to push for a peace settlement. After secret negotiations in the entire year 1972, the cease-fire was finally signed in January 1973. Although the last U.S. military personnel left Vietnam two months later in March 1973, the U.S. government continued to fund the South Vietnamese army. Meanwhile North Vietnamese forces stepped up their attacks on the South and finally launched an all-out offensive in the spring of 1975. On April 30, 1975, the South Vietnamese capital of Saigon fell to the North Vietnamese. The country was then reunited under communist rule as the Socialist Republic of Vietnam, ending the Vietnam War. Want more details ? Cf Moise, E.E. ‘Bibliography of the Vietnam War‘.

Un autre conflit de l’ère de la Guerre froide, au Vietnam, Laos et Cambodge de novembre 1955 à avril 1975. Après des siècles de domination par des empires coloniaux (d’abord la Chine puis la France à partir de la fin des années 1800 qui établit l’Indochine française), des mouvements nationalistes émergent au Vietnam. Ayant résisté à l’invasion japonaise pendant la Seconde Guerre mondiale, le plus influent mouvement nationaliste, les Viet Minh, déclarent en 1945 l’indépendante du Vietnam. Une déclaration qui provoque la première Guerre d’Indochine (1946-1954), suivie des accords de Genève de 1954 qui établissent un cessez-le-feu et divisent le Vietnam le long du 17e parallèle. Coexistent donc à partir de 1954 le Vietnam du Nord (communiste, dirigé par Ho Chi Minh) et le Vietnam du Sud (qui reste sous domination française et bientôt dirigé par l’anti-communiste Ngo Dinh Diem). A partir de 1955, un front de libération communiste sud-vietnamien peu armé, les Viet Congs, mène une guérilla dans le sud de la région contre les forces anti-communistes. Puis l’armée du Nord Vietnam soutenue par l’URSS et la Chine, engage une guerre plus conventionnelle contre le Sud Vietnam qui reçoit rapidement l’aide des forces armées états-uniennes (principalement armée de terre, artillerie et forces de l’air). Tandis que le Nord Vietnam et les Viet Congs ont pour volonté de réunifier le Vietnam sous la bannière du communisme, le gouvernement états-unien voit son implication dans le conflit comme – encore une fois – un moyen de prévenir l’expansion communiste à travers l’Asie du sud ; un engagement qui est renforcé au début des années 1960 : le nombre de soldats US est triplé en 1961, et triplé à nouveau en 1962. Les unités de combats sont déployées dans tout le Sud Vietnam en 1965, mais sont rapidement confrontées à l’extrême détermination des Viet Congs et s’enlisent dans un conflit dont elles ne peuvent sortir vainqueurs. En 1970, ignorant le mouvement contestataire anti-guerre grandissant, le président américain Richard Nixon promet le retrait progressif des troupes états-uniennes et dans le même temps étend illégalement l’ère de combats en autorisant le bombardement de sites Viet Cong au Cambodge et au Laos, sans l’accord préalable du Congrès. Cette décision politique engendre un énorme scandale aux Etats-Unis et oblige Nixon à accepter des négociations de paix. Après une année entière de secrètes négociations en 1972, un cessez-le-feu est décidé en janvier 1973. Même si les derniers soldats américains quittent le Vietnam deux mois plus tard en mars 1973, leur gouvernement continue de soutenir financièrement les forces sud vietnamiennes. Le Nord Vietnam décide dans le même temps de relancer ses attaques sur le sud du pays et tente une dernière offensive au printemps 1975. Le 30 avril 1975, le Nord Vietnam prend la capitale sud vietnamienne de Saigon. Le pays est ensuite réunifié sous l’ère communiste et devient la République socialiste du Vietnam. Vous voulez en savoir plus ? Cf Christopher Gosha, Maurice Vaïsse, ‘La Guerre du Vietnam et l’Europe 1963-1973‘ (Bruylant, Paris, 2003).

.

gulfwar_us_soldiers#10  GULF WAR (1990-1991)

After the Iran-Iraq War (1980-1988), Iraq was bankrupt and asked for Saudi Arabia and Kuwait to forgive the debt it owed to them ; in vain. Iraq then decided to drive the price of oil to low levels, to be able to compete with Kuwait, and then ask for countries to reduce their quotas to drive up oil prices so it could bolster the Iraqui economy. Kuwait asked to increase their quota by 50%, a provocative move to which Iraq answered by lodging a complaint that Kuwait was drilling at an angle over the Iraqi border. And in August 1990 Iraq invaded Kuwait and took control of the capital Kuwait City in a short period of time. The invasion was condemned by UN and a resolution giving Iraq until the 15th January 1991 to leave Kuwait was passed. Despise economic sanctions, the 15th January passed and Iraq had not moved out of Kuwait territory. January 17, 1991 began the codenamed Operation Desert Storm, a coalition force from 34 nations led by the United States. U.S. President George H.W. Bush deployed U.S. forces into Saudi Arabia, soon joined by Saudi Arabia, the United Kingdom and Egypt as leading contributors. First an aerial bombardment on January 17, 1991. Then a ground assault on February 24. The coalition forces liberated Kuwait and advanced into Iraqi territory. While the coalition ceased their advance and declared a cease-fire, Iraq launched Scud missiles against coalition military targets in Saudi Arabia and against Israel. February 26, Iraq President Saddam Hussein announced Iraqi occupation forces withdraw. On February 27, the Kuwait national flag is resurrected in the capital and the US President Bush declared a stop on combat. Gulf War officially ended on February 28, 1991. Overall the conflict was marked by the beginning of live news on the front lines of the fight, with the primacy of the U.S. network CNN. Want more details ? Cf Miland Brown, ‘First Persian Gulf War‘.

Après la guerre Iran-Irak (1980-1988, l’Irak est ruiné et demande à l’Arabie Saoudite et au Koweït d’effacer ses dettes ; en vain. L’Irak décide alors de baisser le prix de vente de son pétrole à un taux très bas pour concurrencer le Koweït, et demande aux pays voisins de diminuer leur quotas de puisement autorisés, le temps que l’économie irakienne se stabilise. Le Koweït demande alors de pouvoir augmenter ses quotas de 50%, une décision provocatrice à laquelle l’Irak répond par le dépôt d’une plainte selon laquelle le Koweït puiserait du pétrole le long de la frontière irakienne. Et en août 1990 l’Iraq envahit le Koweït et prend par surprise le contrôle de sa capitale Koweït City. L’invasion est condamnée par les Nations Unies et une résolution donne à l’Iraq jusqu’au 15 janvier 1991 pour quitter le Koweït. En dépit de lourdes sanctions économiques internationales, le 15 janvier passe sans que l’Iraq n’ait quitté le territoire koweïtien. Le 17 janvier 1991 commence l’opération Desert Storm, une force armée de coalition de 34 nations dirigée par les Etats-Unis. Le président états-unien George H.W. Bush déploie les forces US en Arabie Saoudite, qui soutient financièrement et militairement le conflit avec le Royaume-Uni et l’Egypte. Les premières frappes, le 17 janvier 1991, sont aériennes. Puis sont déployées les armées de terre le 24 février. Les forces alliées libèrent le Koweït et avancent en terres irakiennes. Alors que la coalition cesse d’avancer et déclare un cessez-le-feu, l’Iraq riposte par le lancement de missiles prenant pour cibles l’Arabie Saoudite et Israël. 26 février 1991, le président irakien Saddam Hussein, menacé, annonce le retrait des forces armées irakiennes. Le 27 février, le drapeau national koweïtien flotte à nouveau dans la capitale et le président Bush déclare l’arrêt des combats. La guerre du Golfe se termine officiellement le 28 février 1991. Par dessus tout peut-être, le conflit est marqué par les premiers live reportages sur les lignes de front, et la prééminence du réseau d’information américain CNN. Vous voulez en savoir plus ? Cf Serge Berstein et Pierre Milza, ‘Histoire du xxe siècle‘ (Hatier, Paris, 1996) (oui encore… c’est une véritable bible historienne… bonne lecture, et bonne chance !).

.